Stéphane Amaru : Formation contre fidélité !

Réservé aux abonnés
Taille du texte: A A A

 

Il existe dans la loi des pépites de solutions pour changer les choses. En voici une qui date de plus de vingt ans… et qui, si on l’analyse de plus près aujourd’hui, est extrêmement intéressante !

LE DÉDIT-FORMATION

On aura bien compris que l’embauche est tendue en ce moment. Recruter est un parcours du combattant. Et quand on arrive à embaucher, l’étape suivante est que le candidat vienne le premier jour ! Car, entre-temps, il peut trouver mieux, donc ne pas venir et ne pas prévenir ! Avec ceux qui viennent ce premier jour, il y a une deuxième étape à franchir ! Combien de temps vont-ils rester au salon ? Et là, ça se gâte encore, car les jeunes générations en recherche d’un nouveau leadership ne le trouvent pas, et zappent donc de salons en salons, à la recherche de quelqu’un qui leur fournira le bon cadre… Les millennials affichent des CV avec un nombre impressionnant d’employeurs, et leurs passages dans un salon ne dépasse pas deux ans en moyenne, puis ils zappent vers une nouvelle expérience !
Bien sûr, on peut soulever le problème. Et voilà le moment où l’on décide alors de tirer profit de la situation en utilisant la loi pour la rendre favorable à tous, un peu comme la règle des 3.4 (voir Biblond 79) !
Il existe un contrat que tout le monde a oublié : le dédit-formation. Ce contrat implique l’entreprise dans la formation et l’investissement pour former son salarié en échange d’une fidélité à l’entreprise qui s’étend de deux à cinq ans, dépendant de la durée de la formation et de son coût.
Et comme il est obligatoire pour « remplir, occuper ou payer » le compte CPF de chaque salarié, autant s’en servir pour une clause de fidélité !

VOILÀ COMMENT GARDER UN SALARIÉ PLUS DE DEUX ANS !

Si le salarié rompt le contrat avant la date prévue, il doit rembourser le montant investi par l’entreprise dans sa formation !
S’il respecte le contrat, le coût de la formation s’annule pour le salarié !
Nous avons le devoir de former nos salariés, et le dédit-formation permet un engagement mutuel bien plus fort entre le salarié et le salon. Le leader se voit obligé de faire un plan de formation et d’investir, et le salarié s’engage sur la durée !
Le principe est de planifier un programme avec un FORMATEUR EXTÉRIEUR car il s’agit bien d’investir sur une formation d’un bloc avant de…

  • ABONNEZ-VOUS pour lire cet article
Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 1