Salons : réouverture le 11 mai ?

Taille du texte: A A A

Le déconfinement progressif et la réouverture des salons de coiffure suscitent beaucoup d’interrogation, parfois de la crainte ou de l’impatience… Plusieurs scénarios sont à l’étude. 

« Le 11 mai, il s’agira de permettre au plus grand nombre de retourner travailler, redémarrer notre industrie, nos commerces et nos services. » L’allocution du président de la République prononcée le 13 avril, annonçait un déconfinement progressif dès le 11 mai, et déjà les salons de coiffure étaient sollicités pour des prises de rendez-vous. Les coiffeurs ne sont pas les seuls impatients à être de reprendre les ciseaux. En ville comme à la campagne, les clients déplorent leurs cheveux laissés à l’abandon, quand d’autres subissent les ratages d’une coupe maison. Si la tentation de les satisfaire est là, elle ne doit pas prendre le pas sur la loi et sur la santé. Sur Facebook, Christophe Creux, fondateur de 2C2C Consulting, l’a rappelé : « Le 11 mai, l’ouverture des salons devra se faire à travers un prisme sanitaire plutôt qu’un prisme financier. »

Prisme sanitaire

Mais à quoi doivent s’attendre les 85 000 établissements de coiffure en France ? La réponse divise. Quand certains craignent pour leur santé et celle de leur proches, d’autres entendent rouvrir au plus vite. Malgré les aides du Fonds de solidarité, la vente de bons prépayés et le geste des maisons de produits qui ont suspendu leurs factures, la reprise s’annonce difficile pour le secteur qui, rappelons-le, accueille un million de clients par jour avec un CA de 6 milliards. Les conditions de la reprise sont encore à l’étude à l’Unec avec la mise en place d’un guide des bonnes pratiques. Des scénarios sont déjà envisagés, faisant débat sur la toile. Bien sûr, il y aura un strict respect des gestes barrières à tenir.

Trois clients au maximum ?

Mais aussi la limitation du nombre de clients dans le salon, au nombre de trois selon les propos du vice-président de l’Unec, Christophe Doré, partagé par Les Échos. Autre mesure évoquée par Didier Martin, président d’Eugène Perma et à la tête du syndicat des fournisseurs : la possibilité d’étendre les horaires d’ouverture avec, pourquoi pas, des nocturnes et des semaines de 6 jours est aussi envisagée.
Autre crainte des salons ? Que la demande de produits soit si forte que les maisons ne puissent honorer toutes les commandes. Rassurez-vous : les fournisseurs affirment que les stocks seront suffisants pour satisfaire tout le monde.  
Rappelons toutefois que tout cela sera possible à condition de respecter les gestes barrières pour éviter une seconde vague d’épidémie : port du masque, des gants et de la blouse, mise à distance d’un mètre entre deux clients et deux collaborateurs,

Si, pour le moment, tout cela reste au conditionnel, le gouvernement devrait confirmer la réouverture des salons et ses conditions d’ici à une quinzaine de jours.

Encore une fois, patience est le maître-mot…





Inscrivez vous GRATUITEMENT sur biblond.com pour recevoir les dernières infos et aides.

Code court

 

Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 0