Le savoir-être stratégique

Taille du texte: A A A

Connaissez vous l’expérience, un peu étrange il faut l’avouer, de la grenouille ébouillantée ? Si l’on plonge une grenouille dans l’eau bouillante, elle se débat pour s’en sortir… En revanche, si on la plonge dans l’eau froide que l’on chauffe lentement et progressivement… et bien la grenouille ne bouge pas et meurt ébouillantée, pratiquement sans s’en rendre compte…

Quel rapport me direz-vous avec nous, coiffeurs ? L’évolution de notre métier est étrangement liée au déroulement sordide de cette expérience. Ce que nous ne voyons pas arriver – ces changements progressifs dans la profession depuis cinquante ans – peut entraîner notre perte si notre implication n’est pas totale. Aujourd’hui, bien couper les cheveux est un savoir-faire normal, un « minimum syndical » ! C’est notre savoir-être qui fait la différence : toutes nos actions pour amener nos clients jusqu’à nous, et les garder.

Fini le temps où la vitrine et l’emplacement du salon suffisaient. Les 20 % de réduction ou la carte de fidélité ne font plus mouche ! Avec de plus en plus de clients avisés qu’il faut séduire, le nouveau manager devra faire en sorte que ses équipes contribuent, afin de remplir le carnet de rendez-vous, en les faisant activement participer au marketing du salon. Il devra les former à trois nouvelles expertises:

– devenir des PR (public relation) pour le salon. Équipés de cartes de visite et d’une philosophie à même d’expliquer pourquoi ils ont la chance de travailler là, ils sont de loin les vecteurs de communication les plus efficaces de votre enseigne.

Imaginez si toute l’équipe se met à distribuer des cartes partout où elle passe !

– devenir de vrais commerçants ayant la volonté, l’attitude et la communication adéquates pour que les clients deviennent des amis. Un ami vend ou achète toujours plus qu’un inconnu ou qu’un ennemi ! Ce qui construit l’amitié, c’est la confiance et la sincérité. Ce sont les éléments indispensables d’une relation à long terme avec le client.

– devenir un bon consultant, être un expert de la consultation pour ne plus délivrer de diagnostics sans maîtriser les outils de communication capables d’identifier les besoins précis et les envies des clients. Car le plus grand risque de perdre ces clients est bien là ! Il ne suffit plus de se contenter de bien couper, mais bel et bien de faire la bonne coupe sur la bonne personne et d’être en phase avec elle.

Quant aux nouveaux formateurs, ils devront aussi revoir leur format d’éducation et intégrer ce savoir-être stratégique, part obligatoire d’une bonne éducation aujourd’hui. Se former continuellement et avoir une culture quotidienne de la coiffure et de la mode permettent de ne jamais tenir le rôle principal du scénario de la grenouille ébouillantée.

Attention ça chauffe…

Stéphane Amaru

http://facebook.com/stephaneamaru

Partage
Partager avec nous votre avis ! 0