Quel son dans votre salon?

Taille du texte: A A A

Radio, CD, playlist concoctée avec soin, ou rien d’autre que la petite musique du sèche-cheveux… Chaque salon a son univers sonore, volontaire ou non. En tout cas, c’est un aspect à ne pas négliger.

Quand un client pousse la porte d’un salon, il regarde. La déco, l’accueil du coiffeur. Il entend aussi… « La musique décrit tout de suite l’ambiance et ça aide à se mettre à l’aise », estime Coraline, une cliente. Pour Laëtitia Briant, ancienne coiffeuse devenue formatrice, les sons qui sortent des haut-parleurs font même partie intégrante de l’identité du salon : « Par exemple, chez Toni&Guy, il y a de la musique électro un peu forte. Ça donne le ton au niveau du style de coupe, jeune et moderne. »

Outil marketing

La musique joue donc un rôle clé, surtout si l’on veut cibler une clientèle en particulier. Morceaux rythmés pour un salon avec du passage, musique calme pour créer une ambiance de bien-être. « Cela donne l’impression que le temps s’écoule lentement. La visite du client sera plus longue », explique Laëtitia Briant. Cela peut même favoriser les achats de soins ou de produits d’après les partisans de ce que l’on appelle « le marketing sensoriel ».

Organiser des créneaux musicaux

Mais la musique n’influe pas seulement sur les clients. Les oreilles des salariés sont, elles, encore plus sollicitées. C’est pour cela qu’il faut parfois changer de disque et adapter la musique en fonction du moment de la journée. « En milieu d’après-midi, il y a souvent un relâchement. Une musique rapide et festive peut booster les équipes. Quand il y a beaucoup de monde, mieux vaut
une musique plus apaisante car il ne faut pas s’énerver », détaille Laëtitia Briant

La playlist idéale ?

Musique du monde, dance, rock… à chacun de choisir son style. « Si le salon n’a pas de positionnement, privilégiez les nouveautés », recommande la formatrice qui déconseille en revanche la radio, trop impersonnelle et bourrée de publicités. Mais pas de panique, une mauvaise playlist n’est pas forcément rédhibitoire : Marjorie, une cliente, trouve la musique de son coiffeur « trop techno », mais elle ne compte pas en changer pour autant : « Le principal c’est quand même qu’il coupe bien les cheveux ! »

Très chère redevance…

En décembre 2010, l’opération « Les Coiffeurs coupent le son » avait fait grand bruit. L’objectif était de protester contre la hausse de la redevance de la Société pour la perception de la redevance équitable (SPRE). Un an et demi plus tard, les négociations « n’ont toujours pas abouti en faveur des coiffeurs », déclare la FNC. Des solutions pour vous simplifier la vie sont proposées par GreenMusic (greenmusic.fr), avec le traitement des redevances Sacem, et Deezer Pro (deezer.com) par exemple. À vous de faire votre choix !

Patricia Rameau / L’invitée de la rédac’:

L’ouïe est l’un de nos cinq récepteurs. Nous avons tous une mémoire sensorielle. La musique nous permet de capter émotions et sensations. Chacun perçoit les sons de manière différente selon son histoire et sa sensibilité. Le rythme et la tonalité vont créer l’énergie et l’ambiance dans un salon. La qualité du son doit être très bonne pour ne pas agresser. Suffisamment forte pour ne pas entendre la conversation de son collègue, mais au bon niveau pour un échange agréable avec sa cliente. Pour ma part, je privilégie les playlists pour avoir un panel de musiques variées.

Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0