Portrait : FRANCK FRANÇOIS, FONDATEUR ET PRÉSIDENT DU GROUPE VOG

Réservé aux abonnés
Taille du texte: A A A

Récemment nommé au grade de Chevalier de la Légion d’honneur, cet entrepreneur à la tête du groupe Vog, 2e franchiseur de salons en France et qui fête cette année ses 40 ans, a toujours 1 000 idées en tête. Il nous fait part de sa riche expérience du métier.

Franck François s’éprend du métier en découvrant une autre manière de faire de la coiffure chez Carita en 1972. « On y offrait un vrai service de haute qualité pour fidéliser chaque cliente. » Il faut dire qu’à l’époque les salaires étaient bas, les coiffeurs misaient alors sur les pourboires. Après un passage chez Jean Louis David en tant que coloriste, il décide d’ouvrir son premier salon en 1979 à Arras. Son idée ? Casser les codes et moderniser le salon de province avec, très tôt, un parcours client basé sur la détente et la relation coiffeur-cliente. Résultats ? Un succès qui ne s’est jamais démenti ! En 2019, le groupe Vog, 2e franchiseur de salon de coiffure en France, fête le 40e anniversaire de la marque et couvre l’ensemble du marché par le biais de ses différentes enseignes : Tchip, leader du low-cost lancé en 1997, Vog Coiffure lancé en 1979 et devenu Vog Coiffure, Color your Life, l’enseigne des coloristes, Mon Coiffeur Exclusif, la marque des indépendants, Claude Maxime pour le luxe, et Shampoo pour une présence dans les supermarchés. Businessman clairvoyant ? Il n’y a aucun doute ! Présent à l’international, il a ouvert pas moins de 90 salons en Corée. Ses objectifs en 2019 ? Une soixantaine d’ouvertures, principalement avec la marque Vog. Et pour mener toutes ses activités de front, le président a su miser sur un cross canal important qui centralise tout le réseau digital et marketing.

Sa vision du métier

« Aujourd’hui, on n’a que le mot “digital” à la bouche. Mais on oublie que la priorité, c’est la qualité des services, qui n’est pas toujours à la hauteur de la profession par manque de formation. Certes, Internet permet d’attirer de nouveaux clients, mais pas de les fidéliser ! Avez-vous déjà vu un palace en dépôt de bilan ? Non ! Quand le service est au top, le client…

  • ABONNEZ-VOUS pour lire cet article

Abonnez-vous

Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 0