L’avenir de la profession : faut-il avoir peur des micro-entrepreneurs ?

Réservé aux abonnés
Taille du texte: A A A

Les coiffeurs à domicile sont toujours plus nombreux en France. La cause de cet engouement : le régime de la micro-entreprise adopté par de plus en plus de jeunes. Mais dans le même temps, le nombre d’actifs dans la coiffure ne cesse de chuter et les salons peinent à recruter. Une situation préoccupante pour Bernard Stalter, président de l’Unec et des Chambres de métiers et de l’artisanat.

 

 

# 01 – BOMBE SOCIALE

On recensait 21 821 micro-entrepreneurs au 31 décembre 2018, soit 1 253 de plus qu’en 2017 (source : rapport de branche de la coiffure 2018). Souhaité et mis en oeuvre dès le début de son mandat par le président Macron, le nouveau régime de la micro-entreprise séduit de plus en plus de coiffeurs. « Près de 22 000 micro-entreprises sur un total de 85 000, cela signifie que dans le secteur de la coiffure plus de 25 % des entreprises sont aujourd’hui des micro-entreprises », constate Bernard Stalter. Et pourtant, alors que le secteur réalise un chiffre d’affaires de plus de 6 milliards d’euros, le revenu moyen des micro-entrepreneurs plafonne à… 5 600 € par an ! « Nous sommes assis sur une bombe sociale car tous ces micro-entrepreneurs ne valident pas de trimestres pour leur retraite », déplore le président de l’Unec.

#02 – CONCURRENCE DÉLOYALE

Il faut dire que se lancer en micro-entreprise n’a jamais été aussi simple. Qui plus est, le micro-entrepreneur bénéficie d’un régime simplifié de calcul et de paiement des cotisations et contributions sociales obligatoires. Surtout, le micro-entrepreneur n’est pas soumis à la taxe sur la valeur ajoutée. Loin d’être opposé à ce régime qui favorise la…

  • ABONNEZ-VOUS pour lire cet article
Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 1