« Coiffinement » : journal d’un poilu

Taille du texte: A A A

 

Coiffinement #semaine 1 : La guerre est déclarée

En deux jours, le ton est donné : tout le monde reste à la maison ! 15 jours au moins de distanciation sociale, une nouvelle formule qui entre dans nos vies comme les attestations de déplacement dérogatoire. Les coiffeurs découvrent avec stupeur qu’ils ne sont pas « essentiels » à la planète bleue. « Dis maman, on va au coiffeur ou chez le coiffeur ? On n’y va plus ! » Certains regardent impuissants le désastre qui s’annonce, quelques-uns se replient dans leur bunker tandis que d’autres manient l’humour en guise de bouclier. Le confinement «coiffinement », c’est maintenant. « Peut- être l’occasion d’éradiquer aussi les poux au passage », qui sait ?

Coiffinement #semaine 2 : Opération résilience

La pandémie s’aggrave. On entre dans le dur. Face à la déferlante, les coiffeurs s’entraident pour obtenir le fonds de solidarité et juguler leurs comptes en banque. On s’y perd, c’est la foire aux questions pour sauver les salaires de la peur ! Mais la profession garde la tête haute et vient en aide aux soignants en offrant boîtes de gants, de lingettes, sprays désinfectants, bref tout y passe !
Cependant, une question taraude : « Que pensez vous du No Poo ? Si ne pas se laver les cheveux était bon, on aurait continué comme ça depuis le Moyen-Âge », pas vrai ?

Coiffinement #semaine 3 : Nouvelles du front

La France est entrée dans la phase de ralentissement. On ne parle plus de pic, mais d’un plateau, le Premier ministre parle comme un barbier ! Les cheveux poussent, les coupes ne ressemblent plus à rien, les racines apparaissent… Que faire ? « Ça sent le retour des parents-coiffeurs », ça sent surtout le carnage. Alors que…

  • ABONNEZ-VOUS pour lire cet article
Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0