Salon de coiffure taxé à 70%, c’est maintenant

Taille du texte: A A A

Aujourd’hui, je vais chez mon comptable pour notre bilan annuel. Tiens, je le sens nerveux,
un peu gêné ! Il m’annonce qu’il y a une bonne nouvelle… et une mauvaise nouvelle.

Étonnant ! Je pensais que 2012 avait été ma meilleure année ! Alors mon comptable me rassure en me parlant d’excellents résultats qui donnent lieu à une distribution des dividendes plutôt confortables.

Les dividendes, c’est la somme qu’il reste à une société après avoir payé toutes ses charges (dans la coiffure, généralement autour de 10 % du chiffre d’affaires). C’est un peu comme une « prime » pour bonne gestion pour les entrepreneurs. C’est aussi le résultat de salaires distribués raisonnablement pendant l’année qui permet de bénéficier de ce résultat.

Les dividendes sont moins taxés qu’un salaire, d’où l’intérêt de minimiser son salaire d’entrepreneur pour miser sur eux. Tout bon comptable vous l’expliquera. Le mien m’avait conseillé dans ce sens et, en bon entrepreneur, j’ai suivi ses recommandations car évidemment vu le prix du « coût du travail », il vaut mieux calculer au plus près ses charges à l’économie sous peine de travailler « à vide ».

Nouveau calcul de taxation

J’attends maintenant la mauvaise nouvelle… Il m’explique que depuis le changement, choisi par 51 % des Français, la loi a « encore » changé. Après avoir fait sauter les différentes aides à l’embauche des apprentis et des contrats-brevets qui explosent les charges, en plus du reste…, voilà que le gouvernement s’attaque aux dividendes, en faisant sauter les derniers avantages fiscaux pour encourager la productivité. Du coup, nouveau calcul de taxation des dividendes…

Très gêné, mon comptable m’explique que si je retire mes  dividendes, l’État ponctionnera maintenant trois quarts de leur montant, cela, bien sûr, après avoir déjà payé un impôt sur les bénéfices.

Investir… ailleurs

Comment ? Taxé à 70 % ? Donc il vaut mieux prendre tout cela en salaire taxé à 60 % et ne pas faire de bénéfice ? Le comptable répond : « oui ! » et me conseille de ne pas prendre ce que j’ai gagné, mais plutôt de réinvestir dans une autre société… Ailleurs !

Monsieur Hollande aurait donc voulu punir une dizaine de sociétés du CAC 40 et il a pensé que nous étions tous des ArcelorMittal ! Il a mis dans le même panier toutes les sociétés françaises…

Du coup, qui va vouloir faire des bénéfices taxés à 70 % ? Qui va vouloir embaucher avec ces charges récentes qui font apparaître que sur 100 euros de travail technique, on n’en récupère que 6 ? Quel entrepreneur va accepter de s’endetter, de mettre sa maison en garantie pour, peut-être, 10 % de revenus, en risquant de tout perdre, sans avoir droit au chômage, sans pouvoir tomber malade et sans être certain d’avoir des vacances ? Mais en étant sûr de travailler 50 heures par semaine !

Pour ma part, j’écoute mon comptable et pour éviter de voir disparaître mes dividendes, je vais les réinvestir dans un nouveau salon… en Angleterre. Dommage !

S’il n’y a plus d’entrepreneurs, que vont devenir les salariés ? Seront-ils reconvertis en fonctionnaires ?

Stéphane Amaru 

www.facebook.com/STEPHANEAMARUINSTITUTION 

Partage
Partager avec nous votre avis ! 2