Qui reprendra Dessange International ?

Taille du texte: A A A

Plus d’un an après le décès de son fondateur Jacques Dessange, en janvier 2020, on a appris il y a peu que le réseau des salons Dessange a été mis en vente par la société d’investissement et actionnaire du groupe, Eurazeo.

Bien entendu, à la suite d’une annonce aussi importante, les spéculations vont bon train et la rumeur grossit. Mais qui sera le repreneur de l’enseigne Dessange International  ?



Parmi les candidats en lice, les noms de trois d’entre eux sont régulièrement cités : le groupe Provalliance, un des leaders mondiaux du secteur qui chapeaute, entre autres, les enseignes Franck Provost et Jean Louis David ; Pascal Coste avec l’appui du fonds d’investissement américain Towerbrook Capital Partners pour qui cette opération permettrait au groupe qui compte aujourd’hui 250 salons d’entrer dans une nouvelle dimension au niveau international; ou LFPI (La Financière patrimoniale d’investissement), important groupe de capital-investissement.

Une marque à dimension mondiale

Dessange, c’est un nom connu, reconnu à l’international. Une image glamour ; un création célèbre, le coiffé-décoiffé ; la personnalité même de Jacques Dessange, figure marquante et inspirante de l’univers coiffure. Et c’est aussi une marque de qualité à dimension mondiale… Dessange International, c’est plus de 1 400 salons Dessange et Camille Albane dans 35 pays, dont environ 370 en France, un modèle économique essentiellement basé sur la franchise avec un positionnement haut de gamme, 15 000 salariés et un chiffre d’affaires de 89 millions d’euros en 2019.

Un rachat d’envergure, donc…, pour un réseau qui a généré 2,8 millions d’euros de profits avant impôts en 2019. 

Montant estimé à 150 millions d’euros

Le montant de l’opération est estimé à 150 millions d’euros. « En 2010, lorsque Jacques Dessange a cédé ses parts à Eurazeo, l’entreprise était valorisée 80 millions d’euros », nous rappelle le site d’info BFM Business.

De son côté, Le Journal du Dimanche rapporte une des raison qui explique selon une source proche du dossier l’intérêt et la convoitise de nombreux acheteurs pour ce groupe : « Il [le réseau] présente l’avantage supplémentaire de fonctionner quasiment à 100% avec un système de franchise, ne détenant plus en propre qu’une dizaine de salons, les revenus des franchisés tombent tous les mois. »

La compétition entre les prétendants au rachat devrait s’accélérer dans les prochaines semaines. Mais d’autres acheteurs potentiels pourraient fort bien s’immiscer dans la course et venir rebattre les cartes.

Verrons-nous d’autres noms sur la liste des acheteurs potentiels dans les semaines à venir ?

À suivre…



Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 0