Prendre une pilule pour changer de cheveux

Taille du texte: A A A

Certaines découvertes scientifiques proviennent d’une erreur, ou alors les effets secondaires sont plus efficaces que le but fixé.

Prenons par exemple le Minoxidil, un vasodilatateur, substance active créée pour traiter une hypertension artérielle, qui a pour effet secondaire de favoriser la repousse des cheveux sans que l’on puisse toutefois savoir précisément comment elle agit !

 

L’Express vient de relayer un article du Daily Mail sur ce sujet. Il apparaît que des médicaments changent la couleur des cheveux, parfois même leur texture.

« Certains médicaments peuvent changer la couleur des cheveux. Des scientifiques australiens de l’université de Melbourne ont découvert que certains médicaments contre l’acné, la dépression, la douleur, ou pour la contraception, pourraient altérer la chevelure : faire tomber les cheveux, les rendre plus bouclés ou très raides, voire les faire changer de couleur… » Source L’Express

Le traitement contre le psoriasis par exemple a eu des effets étonnants, sans toutefois être généralisés, chez certains sujets:

« Certains traitements ciblent ce problème en ralentissant la production de nouvelles cellules de peau, mais cela peut avoir l’effet secondaire malheureux de changer la couleur de cheveux ou même de les faire boucler. Un seul médicament, l’acitrétine, s’est avéré foncer les cheveux chez certains patients, alors qu’une autre drogue, l’étrétinate, a été trouvée pour éclaircir les cheveux d’une teinte brun-noir à brun dans les trois mois. Changements de texture de cheveux tels que le curling et le vrillage ont été signalés pour ces médicaments par voie orale, selon des recherches à la School of Medicine de l’Université Marmara, Turquie. Les scientifiques croient que les médicaments interfèrent avec la structure de la racine du cheveu, ce qui se traduit par des plis ou des boucles. Dans tous les cas signalés, couleur et rectitude reviennent après la fin de traitement. » Source Daily Mail

D’autres médicaments sont susceptibles de jouer sur la chute, la texture ou la couleur comme le traitement contre l’épilepsie (chute ou curling-bouclage), la pilule contraceptive, les bêtabloquants, le traitement contre l’acné, l’ibuprofène et les anticoagulants (chutes et textures).

Même si pour l’instant ces effets sont plutôt provisoires, peut-être sommes-nous à l’aube de nouvelles découvertes qui pourraient avoir un effet dévastateur dans notre profession, si les chercheurs creusent plus loin !

Imaginons la possibilité d’aller à la pharmacie chercher un traitement d’un mois pour qu’une blonde puisse devenir brune pour un laps de temps précis !

Certains écrivains d’anticipation avaient fait ces projections scientifiques… Doit-on s’y préparer ?

Partages
Partager avec nous votre avis ! 0