Ma vie en salon : l’œil et l’oreille du coiffeur

Taille du texte: A A A

Créateur de trois salons de coiffure à Paris et dans sa banlieue, d’une franchise et d’une académie, William Le Pec a aussi été directeur artistique du groupe Glémain, coiffeur ambassadeur Wella Professional, directeur artistique des groupes Regis puis Provalliance. Hyperactif, ce passionné de coiffure est l’inventeur de la technique des coupes à mémoire de forme. S’il passe aujourd’hui la majeure partie de son temps à oeuvrer pour ses pairs, il n’a jamais lâché le fauteuil. William évoque les plus mémorables moments de sa vie en salon.

 

 

LE PRIX DE LA QUALITÉ

Dans les salons de William Le Pec, les prestations sont facturées en fonction
de l’expérience de chaque coiffeur. Ainsi, les femmes qui confient leur tête à William n’hésitent pas à débourser 190 euros pour un shampooing/coupe/
coiffage. « Une cliente fidèle me disait régulièrement de ne jamais révéler à
son mari combien elle payait pour se faire coiffer par moi », explique William, qui finit un jour par demander à sa cliente pourquoi elle ne choisit pas un autre coiffeur du salon, dont les prestations sont moins onéreuses. Réponse immédiate : « Parce qu’on ne m’a jamais coupé les cheveux comme vous ! » Un jour, le mari téléphone au salon en précisant qu’il veut offrir la prochaine prestation de sa femme. « Quand nous lui avons annoncé le prix, il a réglé sans ciller, mais je m’attendais à ne plus revoir ma cliente », raconte-t-il. Au contraire, le mari est devenu lui aussi un client fidèle. « Preuve que l’argent est un faux problème », se félicite William.

MÉTAMORPHOSE SALUTAIRE

William et ses collaboratrices avaient remarqué une femme a l’air très triste qui passait régulièrement devant le salon parisien. Un jour, elle franchit la porte…

  • ABONNEZ-VOUS pour lire cet article
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0