L’avenir a des talents

Taille du texte: A A A

VINCENT ANDRO

Pour ce jeune Breton de 25 ans, la coiffure, c’est une vocation. CAP puis BP et BM au Campus des Métiers de Quimper, il fait ses armes chez Dessange, puis auprès d’indépendants dont le salon Ingrid C à Pleumeleuc.



« Cela m’a permis de découvrir différentes visions du métier », note-t-il. Dès le brevet de maîtrise, il se lance dans les concours. Avec brio ! Depuis 2015, il réalise son rêve au sein de l’équipe de France de coiffure. « La compétition m’a fait gagner dix ans d’expérience. Cela m’a aussi permis de faire des rencontres incroyables. » Dont un certain Raphaël Perrier dont il rejoint l’équipe au Mans en 2019 pour l’ouverture de son salon-spa.

Ses deux années auprès de Raphaël Perrier lui ont permis d’évoluer grandement. «J’ai beaucoup appris de sa méthode, dont le parcours client qu’il a créé, avec une vision du salon bien-être assez unique. » En 2021, il décide de tout quitter pour partager son savoir-faire en tant que professeur en CFA au Campus de Métiers de Quimper. « J’ai envie de transmettre mon amour de notre métier et ses multiples possibilités. Je n’ai pas l’impression de travailler. Je suis entouré de passionnés, aussi bien les apprenants que l’équipe pédagogique. » Sa mission ? Revaloriser ce métier qu’il aime tant. « La coiffure demande beaucoup de connaissances. Je veux faire prendre conscience de la valeur de notre métier. »

Il s’entraîne pour les championnats du monde qui se tiendront à Paris en septembre. « Ce sera la dernière compétition pour moi. Je laisse la place aux autres. Après sept ans, il est temps d’évoluer. Et pourquoi pas proposer mes services en tant qu’entraîneur ? » Son objectif ? Développer l’éducation. Toutefois, le Breton ne se ferme aucune porte. Il aime se laisser surprendre par ce métier si riche.

NICOLAS AL YACOUB

Après un CAP en alternance chez Camille Albane, Nicolas n’a qu’une idée en tête : maîtriser les balayages. Pour cela, il toque à la porte de la Dessange School dont l’univers haut de gamme de le fait rêver. Basé à Lyon, il entre dans la famille Dessange dès son BP. Pour se perfectionner, il se dirige ensuite vers un CQP axé sur le management et la gestion d’entreprise. À seulement 20 ans, il fait un bond en avant en prenant le relais de son manager-formateur. « La passation s’est déroulée à merveille. Très vite, les chiffres se sont envolés et je suis entré dans le top 3 des coloristes Dessange », se souvient-il. En parallèle, il donne des formations à la Dessange School et participe à des événements comme des shows ou le festival Lumière.

À la tête de trois collaborateurs au salon Croix-Rousse de Dessange pour la partie coloration, il attire une clientèle branchée qui apprécie son écoute. « Je travaille beaucoup le balayage inversé et l’effet contouring qui cartonne sur Instagram. » Cette tendance, il l’adapte aussi bien aux blondes qu’aux rousses ou aux brunes. À 25 ans, il rêve plus grand. En effet, il est en attente d’un visa pour pouvoir aller travailler à Los Angeles. « J’ai toujours rêvé de partir à l’étranger, j’attendais le bon moment. J’ai atteint un certain niveau et je veux de nouveau me lancer des défis. »

S’il obtient fameux visa, Nicolas espère partager son savoir-faire français aux États-Unis. Il ne fait aucun doute qu’il saura valoriser la French Touch qui séduit le monde entier. « Si j’obtiens le fameux visa, ce sera pour trois ans. Mais je me projette plus loin. Je me verrais bien faire carrière à Los Angeles pendant cinq ou dix ans ! »



Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0