Et si vous mettiez le nez dans vos poubelles ?

Taille du texte: A A A

En moyenne, un salon produit 60 bennes de déchets par an…
Mode d’emploi pour réduire ce chiffre faramineux et trier vos déchets comme il se doit.

 

Connaître vos déchets
Un salon de coiffure génère quatre types de déchets :

  • Les déchets dangereux : bombes aérosol, gants usagés, néons, tubes de coloration… Vous êtes responsable de leur élimination. Ils doivent être apportés en déchetterie ou livrés à une entreprise spécialisée.
  • Les déchets d’emballages (cartons, plastiques) sont collectés par les collectivités ou les prestataires si vous choisissez de mutualiser avec d’autres commerçants.
  • Les déchets non dangereux (ordures ménagères, papiers, verre) doivent être jetés dans les poubelles dédiées, à des fins de recyclage.
  • Les déchets d’équipements électriques et électroniques (sèche-cheveux usagés, batteries à plat, etc.) doivent être repris par le fournisseur ou amenés à la déchetterie.

 

 

Évaluer vos déchets
Pour chaque catégorie, recensez sur un mois les quantités évacuées par semaine, par sacs de 50 et 100 litres par exemple afin d’uniformiser l’évaluation. Vous obtiendrez ainsi une estimation annuelle. Cela vous permettra de savoir quel plan d’attaque adopter !

 

Agir pour les réduire
La réduction à la source est primordiale. Privilégiez les conditionnements en grande quantité ou rechargeables et les fournisseurs qui reprennent les contenants vides. Vous pouvez demander à vos fournisseurs des emballages moins volumineux. Il faut également sensibiliser vos collaborateurs à la gestion des déchets, à travers des affichettes ou une réunion d’information. Rappelez régulièrement les consignes de tri et identifiez les poubelles avec un code couleur. Informez également vos clients sur vos actions en limitant par exemple les sacs en plastique.

 

Coiff’Zen à Ploulech (Côtes-d’Armor) montre l’exemple
Dès l’ouverture de son salon, il y a dix-huit mois, Gwenaëlle Le Faucheur a adopté de bonnes habitudes. « Nous avons plusieurs containers, l’un pour les produits polluants, l’autre pour les déchets ménagers, explique-t-elle. Tous les quinze jours, j’apporte les déchets polluants (papier aluminium, bouteilles vides d’oxydants, etc.) à la déchetterie. » Afin de réduire son volume de déchets, la Bretonne opte pour des gros formats pour ses produits de coloration par exemple : des bombes de 250 ml pour les couleurs classiques et des sachets d’un kilo pour les colorations végétales. La clientèle est sensibilisée à cette démarche écologique : à moins qu’elles n’en aient impérativement besoin, les clientes se passent de sac plastique pour les produits.

Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0