Le Web, la solution aux carnets vides?

Taille du texte: A A A

Les plates-formes dédiées au secteur du bien-être tentent de se faire une place sur la Toile. L’idée ? Référencer des professionnels et zoomer sur des réductions pour remplir son carnet de rendez-vous !

Pub 2.0

Le principe des sites tels que Proxibeauté, Balinéa ou encore Zensoon est simple. À chaque fois, un moteur de recherche. L’internaute n’a qu’à choisir ses critères – types de prestation, ville… – pour trouver le lieu qui se rapproche au mieux de ses attentes.
Yasmine, la responsable de Beauté Bazaar à Paris, n’a donc pas hésité quand elle a été contactée par Zensoon : « apparaître sur ce genre de réseau est toujours un plus. Ça donne de la visibilité ».

Allécher pour optimiser son planning de rendez-vous

Mais la vocation de ces sites, ce n’est pas d’être « des pages jaunes », comme le fait remarquer Valérie Abehsera, directrice générale de Balinéa. Plutôt de fourmiller de bons plans. Là, à chacun son concept. Chez Proxibeauté, pas de prix bradés. « Des réductions à – 70 % ou – 90 % ce n’est pas rentable », estime Jean-Jacques Brasseur, créateur du réseau. Au coiffeur de calculer son positionnement promotionnel en fonction de ses coûts, du temps passé, etc. Surtout qu’« il a la main sur la réduction qu’il veut appliquer. Il peut la limiter aux dix premiers clients qui répondent, à un jour de la semaine, pour remplir le carnet de rendez-vous aux moments creux… », fait valoir le fondateur de Proxibeauté.

Commissions et abonnements

Certains sites comme Zensoon et Balinéa prennent une commission sur chaque vente (entre 25 et 35 %). Proxibeauté fait payer un abonnement mensuel pour bénéficier de certains services. Pour Jenny, entre ça et la promo, ce type de plates-formes n’est pas assez rentable : « je suis spécialisée dans le lissage et ça ne m’intéresse pas de faire autant de ristourne. Nous proposons déjà un bon rapport qualité/prix ».

Se faire connaître

Mais quand on lance son salon comme Zacharie, l’objectif c’est d’abord d’« attirer des clients ». Les plates-formes lui ramènent une trentaine de personnes par mois. Yasmine, elle, considère ces promos avant tout comme des offres d’appel. « Le client en profite pour prendre d’autres prestations », s’enthousiasme cette professionnelle parisienne.
Car le public visé n’est pas celui des chasseurs de gros deals. Plus fidèles les clients des plates-formes? Beaucoup de coiffeurs manquent encore de recul, mais pour Yasmine « c’est à nous, par la qualité de nos prestations, notre accueil, de fidéliser les clients ». Et elle espère ne pas pêcher par optimisme.

Quelques plates-formes en vogue

www.proxibeaute.com
www.balinea.com
Sur l’Île-de-France uniquement :
www.bulle-beaute.fr
www.zensoon.com
À chaque site, son fonctionnement. Bien se renseigner avant de s’engager !

L’avis de Bruno Glémain / L’invité de la rédac’

Pourquoi pas ? Mais attention au mirage de certaines plates-formes de bons plans néanmoins ! Après étude de la formule, il faut envisager un test à la suite duquel on devra faire une analyse afin de connaître les coûts, les gains et surtout les retours de clients. Attention, on ne fait pas appel à ce type de service pour pallier la faiblesse d’une équipe, sinon on obtient l’effet inverse : zéro retour et une mauvaise image.

Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0