Vaccination obligatoire : comment gérer le pass sanitaire en salon ?

Taille du texte: A A A

L’allocution du président de la République, lundi 12 juillet, a fait l’effet d’une bombe. Sur les réseaux sociaux, les réactions n’ont pas tardé, confrontant les pro et les anti.

Pour lever le trouble et répondre aux multiples questions soulevées par l’obligation vaccinale, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, est intervenu à son tour, hier soir, au 20 h de France 2.

Au sein de la profession, imposer la vaccination à ses salariés pose question. Nous avions appris que seuls les personnes vaccinées ou testées négatives pourraient accéder aux café, restaurants, centres médicaux, trains, avions, centres commerciaux ou maisons de retraite. Comme les clients, les salariés travaillant dans ces secteurs seront soumis au pass sanitaire. Si, dès le 21 juillet, il sera obligatoire pour les lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes, il devrait par la suite s’étendre à la plupart des lieux publics. Mais quid des salons de coiffure ? Le ministre a apporté des éclaircissements concernant les salariés dans les établissements qui reçoivent du public.



Un test PCR tous les deux jours

S’il leur est octroyé un petit délai, Olivier Véran a tout de même averti qu’ils « devront avoir reçu leur première dose de vaccination au plus tard le 1er août, sinon, à compter du 30 août, ce sera un test tous les deux jours s’ils veulent continuer à travailler. »

Sachant qu’à partir du mois d’octobre le test PCR ne sera plus remboursé, cela devrait inciter à la vaccination.

Autre annonce d’Olivier Véran : le pass sanitaire sera validé une semaine après la deuxième dose, et plus quatorze jours comme cela été prévu.

Mais comment contrôler la vaccination de vos salariés ?

Rappelons que la circulaire du 26 avril 1998 précise que, de manière contractuelle, le salarié a l’obligation individuelle d’avoir la liste des vaccinations obligatoires à jour. S’il ne la respecte pas, cela peut entraîner un changement d’affectation, voire une rupture du contrat de travail quand c’est impossible.

Selon l’arrêté du 26 avril 1999, le contrôle de l’obligation vaccinale est une tâche administrative qui revient à l’employeur ou au médecin du travail sur délégation.

Toutefois, concernant le vaccin pour lutter contre la Covid-19, les dates restent encore floues. Des informations plus précises devraient être apportées ces prochains jours.



Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 0