Portrait : Olivier Sittoni, gérant de 6E SENS, organisateur du CBM

Réservé aux abonnés
Taille du texte: A A A

Après une carrière dans l’industrie du disque, cet électron libre reste animé par l’artistique. Aujourd’hui, il révèle les talents, grâce, entre autres, au Festival Coiffure Beauté Méditerranée, dit « le CBM ».

Quand l’industrie du disque s’effondre, Olivier Sittoni décide de se réinventer. Nous sommes en 2001 quand il effleure, grâce à une amie, l’univers de la coiffure dans le cadre d’un show Wella à Aix-en-Provence. Révélation : il découvre le côté artistique du métier. Sa bonne idée ? Créer le premier événement professionnel en région Paca. En 2005 se tient la première édition de Coiffure Beauté Méditerranée au Casino d’Aix. Cette année, le festival a fêté ses 15 ans. Soutenu par les grands noms de la profession et boosté par les années d’expérience, le dirigeant se professionnalise toujours davantage. La force du CBM ? Outre la partie salon, qui accueille entre 30 et 50 exposants, il met l’accent sur l’artistique, le moteur de ce musicien passionné. Cette fibre, le visiteur peut l’appréhender très vite, confortablement installé. À Marseille, un écran géant diffuse les images des shows avec une vision totale grâce à une caméra au-dessus de la scène, comme cela se fait dans les concerts. Selon les éditions, ils sont entre 3 000 et 5 000 à répondre présents. Privilégier la qualité et non la quantité, telle est la ligne directrice d’Olivier Sittoni. Pour offrir un plateau de choix – une quinzaine d’équipes artistiques dont un ou deux noms venus de l’international –, l’entrée est payante. Révélateur de talents, le salon met à l’honneur la jeune création avec au moins 20 % de nouvelles équipes.
Depuis 2011, il accompagne également les coiffeurs avec son académie. Cocréateur du Barber’s Meeting dont il s’est aujourd’hui retiré, Olivier Sittoni a été aussi précurseur, en développant l’univers de l’homme bien avant tout le monde.

Sa vision du métier

« Les institutions ne font pas leur travail et le métier est tiré vers le bas. Le niveau est en baisse. La coiffure souffre aussi d’un problème d’image. La cuisine ou la pâtisserie sont…

  • ABONNEZ-VOUS pour lire cet article

Abonnez-vous

Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0