L’énergie, un défi au quotidien : faites baisser la facture!

Taille du texte: A A A

Si tous les salons de coiffure de France faisaient de menus efforts, cela permettrait d’économiser 16 000 Mhw par an, soit l’éclairage annuel d’une ville d’un million et demi d’habitants… Alors n’hésitez plus, chaussez vos bottes de coiffeur écolo et faites baisser la facture !

 

J’installe des ampoules basse consommation

Ce type d’ampoule consomme quatre à cinq fois moins d’électricité qu’une lampe à incandescence. En clair, une ampoule basse consommation de 20 W éclaire aussi bien qu’une ampoule de 100 W. Autre avantage : elle dure huit fois plus longtemps. Certes, à l’achat, le prix est plus important. Mais faites vos calculs, vous verrez que vous ne perdrez pas, ou très peu, sur le long terme. Attention, pensez à rapporter votre ampoule usagée en magasin afin qu’elle soit correctement éliminée.

 

Pour mes sèche-cheveux, j’opte pour le 1 000 W

80 % de la demande énergétique dans un salon est liée aux sèche-cheveux et au chauffage… Bannissez les appareils trop gourmands en énergie. Il existe maintenant des sèche-cheveux très performants de seulement 1 000 ou même 800 watts !

 

J’opte pour un climatiseur de classe A

Prenez le critère écologique en compte dans l’achat de votre équipement. Classés de A, pour les plus économes, à G, pour les plus énergivores, tous les climatiseurs ne se ressemblent pas ! J’entretiens ma chaudière et mon ballon d’eau chaude Une chaudière doit impérativement être entretenue tous les ans. Un dépôt peut en effet se former dans l’appareil en cas d’utilisation prolongée. Cela entraîne une baisse significative du rendement. Un entretien régulier vous aidera donc à diminuer votre facture. Idem pour le ballon d’eau chaude, que vous devez faire détartrer.

 

Le salon Isabelle Millet, à Reims, montre l’exemple

Chez elle, Isabelle Bernini mange bio et a installé un composteur au fond du jardin. Pas étonnant que dans son salon de coiffure elle fasse le maximum pour diminuer sa consommation d’énergie! « C’est un mode de vie », affirme-t-elle. Grâce à une formule d’abonnement, la chaudière est entretenue tous les ans. « Elle est très âgée, mais fonctionne encore :  c’est donc un geste écologique de ne pas en changer tout de suite! Bien sûr, quand j’en achèterai une nouvelle, je choisirai une classe A », affirme cette écolo convaincue. Côté sèche-cheveux, elle tient à ce que l’appareil soit adapté. à chaque client. Pour les hommes, c’est donc du 1 300W, pour les femmes, du 1 500 ou 1750W, selon la texture du cheveu. « Mes salariés ont surtout appris à bien diriger l’appareil afin de réduire le temps de sèchage », explique Isabelle Bernini.

 

 

en collaboration avec les Institutions de la Coiffure

Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0