Interview : coiffeurs justes, une démarche vertueuse pour préserver l’environnement

Taille du texte: A A A

Coiffeur depuis trente ans, Thierry Gras a travaillé à Paris, Toulouse, Cavaillon, puis à Saint- Zacharie, un petit village dans le Var où il exerce encore aujourd’hui. Passionné par son métier, il est néanmoins conscient de l’impact de ce dernier sur la planète. Engagé et responsable, Thierry crée en 2015 l’association Coiffeurs Justes pour mettre en place le recyclage du cheveu et participer ainsi à la préservation de l’environnement en même temps qu’à la valorisation de la matière. Rencontre avec un coiffeur passionné…

QUELLES ONT ÉTÉ LES PRÉMICES DE L’AVENTURE COIFFEURS JUSTES ?

Après avoir exercé à Paris et dans d’autres grandes villes, le fait d’être désormais dans un petit salon à Saint-Zacharie m’a permis de développer différents concepts, dont le Haircarver, un kit pour se lancer dans la coiffure tribale, il y a quelques années. C’est à ce moment-là que j’ai rencontré M. et Mme Chabert,
du groupe Jacques Seban. Je suis alors devenu ambassadeur pour la marque.
Il y a cinq ans, j’ai créé une licence de marque du nom de « Hairdresser Fair », donc « Coiffeur juste », dans laquelle je prônais l’égalité des tarifs homme/femme
en coiffure, et le recyclage des cheveux. Je pensais à l’époque que quelqu’un s’occupait déjà de recycler le cheveu, cela me paraissait évident. Quand j’ai mis
cette licence en place, j’ai eu la surprise de découvrir que personne n’avait pensé à développer ce concept.

VOUS AVEZ DONC DÉCIDÉ DE VOUS EN OCCUPER ?

Oui ! En 2015, j’ai créé l’association Coiffeurs Justes, pour répondre, au départ, à ma propre demande [rires] ! Jacques Seban m’a beaucoup aidé dans son développement. La marque a cru au projet alors que je passais un peu pour un « fada » comme on dit chez nous ! Pour tout dire, cette idée me trottait dans la tête depuis trente ans. Quand j’ai commencé dans la coiffure, je voyais passer des sacs de cheveux à jeter et je me demandais pourquoi on ne faisait rien de toute cette matière. N’oublions pas qu’avant la Seconde Guerre mondiale le cheveu était couramment utilisé dans l’industrie, afin de…

  • ABONNEZ-VOUS pour lire cet article
Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0