Coiffeur expert L’Oréal Professionnel: Christophe Gaillet

Taille du texte: A A A

Instructeur charismatique de la coiffure, il transmet et partage son savoir à travers le monde. Rencontre avec une des figures incontournables de la coiffure.

Coiffeur ambassadeur de L’Oréal professionnel et membre de la Haute Coiffure française

 À 47 ans, c’est avec beaucoup d’humilité que Christophe Gaillet nous parle de sa brillante carrière. Celui qui rêvait de devenir magicien est entré dans le monde de la coiffure un peu par hasard, lorsque cette profession ne comptait pas beaucoup de garçons dans ses salons. C’est sur la

Côte basque, d’où il est originaire, que tout a commencé, l’été de ses 14 ans. Un salon l’a embauché pour faire des shampooings durant la période estivale. L’expérience a été révélatrice puisque, à la fin de l’été, il prend la décision d’arrêter sa scolarité pour devenir coiffeur. À cette époque où la coiffure rayonne en France, Christophe Gaillet rencontre une personne qui va bouleverser sa vie.

Alain Saintemartine, qui est alors président du CAT Sud- Ouest, lui montre le côté « luxe » du métier et le pousse à participer à des concours. Très vite, alors qu’il est encore en CAP, il va gravir les échelons en remportant plusieurs concours. C’est avec l’Équipe de France qu’il va parcourir le monde en remportant tour à tour les championnats de France, d’Europe et du Monde.

« Mon évolution, je la dois aux autres et à beaucoup de travail. J’ai très vite connu la Haute Coiffure française et les coiffeurs qui la composaient. Je sais aujourd’hui à quelle famille artistique j’appartiens, c’est elle qui m’a construit. Mais à 47 ans, je dois avouer que je n’ai toujours pas compris ce qu’il m’est arrivé. »

 

L’art de la coiffure

Coiffure Christophe Gaillet, Photographie: Weronika Kosinska, Maquillage: Izabela Szelagowska, Stylisme: Natasha Pavluchenko

Personnage incontournable dans le milieu de la coiffure, on connaît surtout Christophe Gaillet pour son côté « avant garde » et pour son incroyable coup de ciseaux. De L’Oréal Professionnel en passant par la Haute Coiffure française, il a aussi collaboré avec les plus grands couturiers comme Thierry Mugler, Nina Ricci, Paco Rabanne, Azzaro ou Balenciaga.

Il a parcouru les quatre coins du globe pour y effectuer des shows de prestige et présenter ses collections publiées dans la presse féminine et professionnelle du monde entier.

Le volume, la géométrie, le mouvement, le naturel sophistiqué… caractérisent son style artistique. Chacune de ses créations raconte une histoire et nous transporte dans son univers onirique.

Christophe Gaillet se démarque aussi par sa simplicité et sa grande sensibilité. Ce qu’il préfère, c’est souligner le naturel des femmes, car à ses yeux « les femmes sont naturellement belles ».

Si les défilés et les shootings ont longtemps rythmé sa carrière, Christophe avoue que le monde de la mode est très spécial. « Atteindre l’élite, c’est avant tout réussir sa vie professionnelle et être un bon artisan. »

« Mon évolution, je la dois aux autres et à beaucoup de travail. »

 

L’art comme source d’inspiration de ses coiffures

Puisant son inspiration au fil de ses nombreux voyages, notamment le Japon, et à travers son amour pour le spectacle, Christophe Gaillet a aussi développé une grande passion pour la peinture et la sculpture. Les œuvres de Rodin et de Camille Claudel ou encore le surréalisme lui permettent de s’évader et lui apportent une grande force pour créer des coiffures. Christophe Gaillet est fasciné par la magie, les mondes imaginaires de Tim Burton et les cabinets de curiosités, et ses influences n’ont pas de limite. Pour lui : « Il ne faut jamais avoir peur de l’inconnu, mais s’en servir. »

 

Le label Christophe Gaillet

En parallèle à sa carrière artistique, Christophe Gaillet connaît aussi très bien le monde du salon de coiffure. Il a ouvert sa première affaire dans le Sud-Ouest, à Dax, en 1993 et a travaillé dans une école en tant que professeur pour les brevets professionnels durant seize ans.

Aujourd’hui, ce qui l’intéresse, c’est de transmettre son savoir, « stimuler chaque personne pour faire ressortir le meilleur d’elle-même ».

En 2013, il lance son propre label. Ce Master Class « sur mesure » labellise les coiffeurs qui bénéficient par la suite d’un suivi artistique. Le volume, la perfection de la forme, le travail des structures, les principes de colorimétrie, la psychologie dans la profession, le côté commercial… sont les principaux éléments sur lesquels se fondent ses stages de formation.

Trois niveaux de formations coiffures sont proposés et Christophe Gaillet se déplace lui-même dans les salons afin que le coiffeur reste dans son propre univers.

Le premier niveau consiste à réapprendre les bases de la coupe, de la coloration et du coiffage. Le deuxième est orienté vers l’artistique : réalisation d’un shooting, travail des structures et des perruques… Christophe y délivre tous ses petits secrets artistiques. Réservé aux débutants de 18 à 22 ans, le troisième volet est consacré à l’enseignement de l’essence de la coiffure.

Aujourd’hui, 25 salons de coiffure à travers le monde sont labellisés Christophe Gaillet. 

Depuis 1991 : coiffeur ambassadeur de L’Oréal Professionnel

De 1989 à 2005 : professeur dans une école pour les brevets pro

Depuis 1998 : membre de la Haute Coiffure française

1993 : ouverture d’un premier salon à Dax

2000 : ouverture d’un second salon à Biarritz

2005 : lancement de l’académie Next One

2013 : élu meilleur coiffeur étranger au Canadian Mirror Award

2013 : lancement du label Christophe Gaillet avec l’organisation de trois Master Class par an

2014 : élu vainqueur du trophée AIPP

(Association internationale presse professionnelle Coiffure)

 

Questionnaire Biblond

 

2015, c’est l’année… d’un nouveau projet à l’étranger. Je prépare également une exposition sur la coiffure et un livre qui mettra aussi en avant d’autres talents.

Si tu étais une peinture ? Un tableau de Nicolas Poussin

Si tu étais une sculpture ? Le secret de Rodin

Si tu étais une musique ? La BO du film In the Mood for Love

Si tu étais un lieu ? Le bord de l’océan

Si tu étais une couleur de cheveux ? La blondeur

Si tu étais un objet ? Ma paire de ciseaux Mizutani

Pour finir… Une phrase de Che Guevara : « Soyez réalistes, demandez l’impossible. »

 

Partages
Partager avec nous votre avis ! 0