Bernard Stalter : une récompense à titre posthume et un émouvant hommage

Taille du texte: A A A

Parti trop tôt, quelques semaines avoir été diagnostiqué positif à la Covid-19, Bernard Stalter s’est éteint le 13 avril 2020 à l’âge de 63 ans. Figure majeure pour la profession, ce chef d’entreprise était à la tête de plusieurs salons. Il a été président de l’Union nationale des entreprises de coiffure (Unec) et des Chambres des métiers et de l’artisanat (CMA) Alsace, Grand-Est et France, conseiller régional délégué à l’artisanat, et élu président de la Confédération nationale de l’artisanat des métiers de service et de fabrication (Cnams) en 2018. a laissé un grand vide derrière lui.

Bernard Stalter a laissé un grand vide derrière lui. Auprès de sa famille et de ses proches, bien sûr, mais aussi dans le secteur de la coiffure. Le 21 septembre dernier, il a reçu à titre posthume le prix Ameste de l’apprentissage de l’excellence, qui vient souligner son engagement en faveur de la formation en alternance. Chaque année, l’Association mosellane d’enseignement scientifique, technique et économique récompense une personnalité, passée par l’apprentissage et ayant mené une carrière exemplaire. C’est donc tout naturellement que le nom de Bernard Stalter s’est imposé.

Une carrière exemplaire

Paul Arker, président de l’Ameste et Jean-Louis Mouton, président de la CMA Grand-Est, lui ont remis symboliquement la médaille Grand Or. En présence de son épouse, Agnès, l’émotion était forte dans l’assemblée. Agnès a choisi de remettre la bourse de 3 000 euros, attachée à ce prix, au CFA Bernard Stalter, situé à Eschau en Alsace. À l’heure où le gouvernement met l’accent sur l’apprentissage, via des aides à la formation et à l’assouplissement du quota d’apprentis, cette récompense rappelle à quel point l’entrepreneur et homme politique s’est investi toute sa vie, formant plus de 70 apprentis dont son fils, Benjamin. Investi par ses fonctions, il avait su faire entendre la voix des artisans, notamment en intervenant auprès de Muriel Pénicaud, alors ministre du Travail, dans le projet de loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », adopté par l’Assemblée nationale en 2018.

Quelques jours après cette distinction à titre posthume, le 24 septembre, une cérémonie d’hommage était organisée la cathédrale de Strasbourg. Dirigée par Monseigneur Ravel, évêque de Strasbourg, cette célébration, à l’appel de l’artisanat alsacien et de son président, Jean-Luc Hoffmann, a réuni la famille et les proches mais aussi les acteurs de l’artisanat, la Chambre des métiers d’Alsace et les membres élus autour d’un moment de recueillement pour évoquer la mémoire de Bernard Stalter.

Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 0