L’interview pétillante de Juliette, la jeune coiffeuse non voyante

Taille du texte: A A A

Le cas de la jeune Juliette Fichaux, coiffeuse non voyante, vous avait énormément touchés et interpellés il y a quelques semaines, à la suite de l’article qui nous lui avions consacré.

Biblond a donc décidé de prendre de ses nouvelles afin de savoir si tout allait bien depuis l’ouverture de son salon de coiffure, L’Univ’hair de Ju.

 

C’est comment le travail quand on fait soudain face à un handicap ?

Nous n’avons pas été surpris d’apprendre de la bouche de Juliette que tout se passait « super bien ». Elle nous a confié que, bien sûr, cela suscitait des interrogations de la part des clients, qui ont envie de savoir comment elle travaille malgré son handicap.

« C’est normal les clients sont intrigués, il faut dire que c’est du jamais vu, je suis la seule coiffeuse non voyante en France. »

Comment s’organise-t-elle au quotidien

Juliette nous confie que l’ambiance dans le salon est merveilleuse. Elles sont trois coiffeuses et tout se déroule vraiment bien. Ses deux collègues l’aident et l’accompagnent au quotidien dans ses prestations. Pour les colorations, par exemple, on les lui prépare puis elle les applique.

 

Quand on lui demande si cela a été difficile pour elle après l’accident de retrouver ses marques dans la coiffure, elle répond : « Pas du tout, bien au contraire. Cela ne m’a absolument pas pris de temps. D’ailleurs, ma responsable à l’époque était également éducatrice, elle m’a donc fait passer en quelque sorte des tests pour voir si je me débrouillais toujours aussi bien et elle a constaté tout de suite que rien n’avait changé. »

 

« Bien entendu, je préfère déléguer à mes collègues pour que le travail soit bien fait quand je ne suis pas sûre, car je privilégie la qualité du travail à ma personne. »

 

Et quand Juliette reçoit au sein de son salon des clients qui n’ont aucune idée de sa situation particulière, elle s’en amuse et le leur explique de façon amusante. « J’ai une manière particulière d’expliquer aux personnes qui ne l’ont pas remarqué que je suis non voyante. Je ris et je leur dis : “vous savez que je ne vois rien, mais ça n’est pas grave tout va bien se passer !” Ça les fait sourire et ça se passe toujours très bien. »

 

« J’adore mon métier et, en ouvrant mon propre salon de coiffure, je voulais montrer que, malgré ma différence, je travaille avec le sourire, la joie de vivre et que rien ne m’arrête. Il ne faut pas baisser les bras. »

 

Voilà une belle leçon d’humilité que Juliette Fichaux nous transmet à travers son parcours ! Biblond lui souhaite un bel avenir.

 

Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0