Galifornication s02Ep06 : Janvier… Bah, c’est mort !

Taille du texte: A A A

 

Ok, le nouvel an, les fêtes, c’est bien… Mais c’est passé, l’euphorie, les cadeaux et on retombe dans une sorte de morosité directe parce que janvier… bah, c’est mort.

 

On se croirait dans une téléréalité ! L’effervescence, l’énergie, la gloire, nous sommes les rois du monde, les sauveurs qui les feront beaux pour ouvrir les cadeaux, comme si le cadeau en avait quelque chose à faire ! Et tout d’un coup plus rien.

Donc arrive début janvier, fatigués de l’énergie dépensée, fatigués des repas de noël, d’avoir couru pour faire nos achats en dehors des heures d’ouverture du salon, fatigués du Nouvel An, quatre kilos en plus, 5 grammes dans le sang, 4 kilos de foie gras dans le cul, 2 bûches dans chaque joue, le champagne en intraveineuse, on arrive au salon et la première chose à faire, c’est… recommencer. Car il y a ceux qui attendent que les fêtes soient passées pour venir et se faire beaux pour la rentrée, ou celles dont les progénitures dopées aux pâtes de fruits et aux Ferrero, incapables de se tenir tranquille entre leur nouveau jouet – que tu leur ferais bien bouffer parce que t’as une coupe à leur faire – et le nouveau portable que t’éclaterais bien contre la vitre parce qu’il ne répond pas quand tu lui demandes ce qu’il veut, n’en ont rien à foutre de venir chez le coiffeur.

 

 

Il y a aussi ceux qui viennent en te disant qu’ils ont passé les fêtes au soleil et qui te racontent qu’ils sont partis ici ou là, pour le réveillon, ok c’est bien pour toi, je suis content… vraiment, de te savoir heureux, mais… ta gueule ! Moi, j’ai fini à 18h grand max le soir du réveillon, j’avais bu du champ toute la journée, il fallait que je rentre alors que mon conjoint avait joué à Fifa tout l’après-midi et m’a demandé pour combien de temps j’en avais pour me préparer… Et juste fini, j’étais déjà dans le salon de mes amis que j’adore qui me demandaient comment ça allait alors que j’avais une seule envie : regarder Les Experts avec un bloc de foie gras, une coupe de champ, enroulé dans ma couette, de m’endormir et de me réveiller assis dans mon lit, ma télécommande dans la main devant le stretching du matin.

Non, c’est que du bonheur, cette période, la suite est plus dure, la deuxième semaine on se regarde avec nostalgie en attendant le client… Mais pourquoi tout le monde veut être beau à certains moments ? La rentrée, les mariages, les fêtes… Vous ne voulez pas être beaux tous les jours ? On se ferait moins chier entre !

 

 

Bref, janvier c’est mort, en chiffres et en énergie, il y a bien les mamies qui nous racontent les moments passés pendant ces fêtes, mais tu te dis que, les pauvres, elles doivent attendre un an avant de revivre de tels moments car leurs familles ne viennent les voir que pour avoir de l’argent dans l’enveloppe ou des cadeaux pour les enfants et là, t’es quand même un peu triste pour elles.

Alors, les fêtes, c’est un peu ça aussi, voir des gens qui sont seuls toute l’année, les connaître parfaitement, les critiquer la plupart du temps, les écouter, les adorer et les voir se préparer pour être heureux une soirée et retomber dans leur solitude… Que toi tu combles car tu fais partie de leur routine hebdomadaire, le passage chez le coiffeur pour être belles/beaux tout le temps alors qu’« ils » (la famille) ne viennent te voir que pour le chèque. Mais pas grave, elles vivent le reste de l’année sur ce souvenir et l’attente du suivant…

 

Bref, on les aime tous, et nous sommes quand même là pour eux le reste de l’année, à attendre…

Catégories: Actualités, S'informer
Partages
Partager avec nous votre avis ! 0