TVA à 10 % : Biblond donne la parole à l’UNEC

Taille du texte: A A A

Suite à notre article « Baisse de la TVA : Sophie Coudair écrit au Ministre Bruno Lemaire », vous avez été nombreux à réagir et partager cette revendication. En effet, pour beaucoup, une révision de la Taxe sur la valeur ajoutée à 10 % serait une solution pour augmenter les salaires et donc attirer de nouveaux candidats et régler les problèmes de recrutement que connait la coiffure.

Christophe Doré, Président de l’UNEC

Si toutes les démarches abondant dans ce sens sont honorables, nous avons voulu donner la parole à l’UNEC.

« Je partage tout à fait l’avis de Sophie Coudair et de tous les coiffeurs qui la suivent. Mais je voulais reprendre cette action à l’initiative de l’UNEC. Je revendique cette revendication ! En effet, nous avons effleuré le sujet dès 2014 et à l’époque, nous nous sommes heurtés à la commission européenne. »



TVA à 10% : pour autant, le syndicat n’a pas dit son dernier mot et il n’est pas question de lâcher l’affaire.

« Nous avons remis le sujet sur le tapis dès 2020 et nous portons cette revendication auprès du gouvernement dès que cela nous est possible ! Nous avions d’ailleurs mis en place une pétition qui a obtenu 18 000 signatures » souligne Christophe Doré.

A l’heure où le pouvoir d’achat est au cœur de toutes les préoccupations, cette revendication, hélas, ne semble pas à l’ordre du jour. « Je réclame une baisse conséquente des charges et de la TVA. Nous sommes en contact permanent avec le gouvernement. Mais il craint un effet boule de neige. Si la coiffure obtient la TVA à 10 %, d’autres professions pourront réclamer la même chose. »

Malgré les réticences de l’Etat, l’UNEC reste combatif. « Nous avons obtenu lors du troisième confinement que la coiffure soit reconnue commerce essentiel. »

Mais, comment Christophe Doré, Président de l’UNEC, envisage l’avenir ?

« Tant que nous sommes là, le combat continue. Nous avons des arguments pour nous, notamment en période électorale. Il est important de rappeler que la coiffure est un secteur où la masse salariale représente plus de 50 %. On ne doit pas être trop taxés ! Nous sommes d’accord pour une TVA à 20 % sur les produits. Mais sur les services, nous souhaitons obtenir une taxe sur la valeur ajoutée à 10 %. »

Vous êtes d’accord avec ces revendications ?

Christophe Doré appelle tous les patrons de coiffure, à adhérer à l’UNEC qui porte la voie des chefs d’entreprises de la coiffure, incluant les coiffeurs indépendants qui ne sont pas employeurs ou les coiffeurs à domicile. « Le but n’est pas de nous opposer les uns aux autres mais de nous organiser. Plus nous sommes nombreux, plus nous aurons du poids sur les décideurs. L’UNEC a un maillage fort, dans toutes les régions et les départements, pour pouvoir porter les revendications sur l’ensemble du territoire » rappelle-t-il avant de conclure : « Le but est de porter haut un métier que nous aimons tous. C’est ensemble que nous serons entendus. »



Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 1