La révolution du shampooing contenue dans la carapace des crustacés

Taille du texte: A A A

Ephylea, une start-up de Vannes dirigée par Vincent Bourgeteau et Fabrizio Fordiani, en collaboration avec Yves Grohens du laboratoire Limat B de l’Université de Bretagne-sud, à Lorient, travaillent actuellement sur Catiomerc : un programme de valorisation des carapaces de crustacés afin de créer des cosmétiques 100% naturels.

Labélisé par le Pôle Mer Bretagne, ce programme en est tout juste à ses prémices et son développement est prévu sur 30 mois.

 

Des bénéfices pour les cheveux…

L’élément clé au cœur de ce programme est un composant présent dans les carapaces des crustacés : la chitine.

On la retrouve notamment dans la cuticule des insectes, araignées et crustacés où elle a un rôle protecteur.

Selon le directeur général de la start-up Vannetaise, cette molécule conférerait au shampooing un caractère « intelligent » et lui donnerait un pouvoir démêlant qui rend les cheveux lisses et brillants.

 

…et pour l’environnement

La technique utilisée pour extraire la chitine des carapaces de crustacés utilise peu d’eau et est peu polluante, contrairement à la production de nombreux produits chimiques utilisés par l’industrie cosmétique.

Concernant la matière première, il s’agira de recyclage grâce aux entreprises locales qui décortiquent les crustacés assure Vincent Bourgeteau.

En somme, un projet prometteur qui permettra sûrement un développement d’activité dans la région ainsi que l’arrivée d’un nouveau type de shampooing sur le marché.

Par Mylène Febrissy

Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0