Maniatis : la grande maison renoue avec son ADN créatif

Taille du texte: A A A

Directeur des salons Maniatis Paris – 3 salons de coiffure à Paris et 1 à Neuilly-sur-Seine -, Alexandre Protti est dans l’entreprise depuis 26 ans. L’âge d’or de la coiffure française, les trainings, la coupe à sec, les couvertures de magazine et les backstages de défilés… Il a connu tout ce qui a fait la renommée de la marque. Aujourd’hui, il entend renouer avec l’ADN de cette grande Maison.

« J’ai été témoin de l’implication de Jean-Marc Maniatis dans la formation de ses équipes. Il organisait beaucoup de trainings. J’ai décidé de remettre cela au goût du jour. Tous les deux mois, les apprentis s’entrainent autour de notre technique de coupe à sec, mèche à mèche, avec les managers dans leur salon. Cela les rend fiers et leur donne envie de réussir. »

Pour aller plus loin, Alexandre Protti a imaginé une soirée annuelle – la deuxième édition s’est tenue le 22 septembre. L’idée ? Réunir l’ensemble de ses équipes pour une soirée de challenge, en présence de la presse mais aussi de Franck et Fabien Provost (les salons Maniatis appartiennent au groupe Provalliance).

« Le thème était le roux érable et la frange, en accord avec notre collection. Nous avons créé des équipes avec un apprenti, un coiffeur expérimenté et un technicien qui s’affrontent pour réaliser la plus belle coiffure sur cette thématique. »

Résultats ? C’est un succès ! Les jeunes talents de la coiffure sont unanimes.

Parmi eux, Rima Tabi, 21 ans, Hector Erdemsel et Erwan Pouehe, 22 ans, tous les trois en alternance, ont adoré le concept, appréciant d’échanger et de profiter des conseils avisés de coiffeurs expérimentés. Il faut dire que parmi ses collaborateurs, la maison Maniatis compte des pointures, présentes dans l’entreprise depuis plus de 20 ans.

Le plus bel exemple ? Solange Charmoz, une retraitée de 75 ans, qui continue à officier dans le salon du 8ème arrondissement, 3 jours par semaine.

« J’ai connu la grande époque de la coiffure, portée par des personnalités comme Jean Louis David, Franck Provost ou encore Jean-Marc Maniatis. Je suis rentrée dans la maison en 1974 et je ne l’ai jamais quittée ! Nous avons vécu des moments exceptionnels.»

«Monsieur Maniatis était un personnage étonnant qui a contribué largement à l’évolution de la coiffure. Il est représentatif d’une époque qui n’existe plus. C’était une période où les femmes étaient très influencées par la mode et par ce qu’elles voyaient dans les magazines. Aujourd’hui, il n’y a plus vraiment de tendance forte » explique celle qui n’arrive pas à se défaire de la vie de salon, pour rester en contact avec la jeunesse, la société, le monde.

Mais comment a-t-elle vécu cette soirée de challenge ? « C’est un moment de partage. Les jeunes sont curieux de cette période bénie. Ils se fascinent pour les années 80 alors ils me posent des questions. Ils s’étonnent aussi quand je leur dis que parfois nous voyions 150 clientes par jour puis à 21 h, nous partions au magazine Elle pour créer la couverture. On ne comptait pas nos heures. Nous étions dans une dynamique. Tout était si charmant que nous n’avions pas l’impression de travailler » précise Solange Charmoz.

C’est aussi pour retrouver cette dynamique qu’Alexandre Protti a décidé de lancer, l’an dernier, cette soirée annuelle de challenge. «C’est l’occasion de réunir les 60 employés des salons en équipe. Ils sont obligés de communiquer entre eux, faire un diagnostic selon le modèle. Puis ils ont 2 h 30 pour réaliser leur coiffure. En fait, à force de voir des émissions comme Top Chef, j’ai eu envie de créer quelque chose de similaire dans la coiffure, qui corresponde à notre époque tout en gardant l’ADN de la maison » souligne le Directeur qui annonce, à demi-mot, que l’événement intéresse déjà la télévision.

« Pour l’instant, je préfère que cela reste notre soirée « Maniatis ». Je vais juste faire évoluer le concept, mettre en place un jury et une récompense. L’idée est de faire travailler les collaborateurs ensemble, les plus jeunes et les plus expérimentés. Ceux qui sont là depuis 40 ans apprécient de transmettre leur savoir-faire. Ils retrouvent l’aura de Jean-Marc Maniatis, l’époque des trainings. Il y a une notion de travail sous forme de jeu qui stimule les apprentis.

«Nous aimons tous cette marque, dont nous sommes fiers de porter les couleurs avec sa technique unique au monde et l’exigence du haut de gamme. Il y avait une belle énergie le 22 septembre et les retombées sont très positives » souligne Alexandre Protti. « Le format est sympa et renforce le sentiment d’appartenance à la marque. Mais attention : pas question de tomber dans l’hyper artistique. Nous avons un lien intime avec la mode. Les coiffures doivent être portables dans la rue. Nous partageons ensuite les looks sur les réseaux sociaux. »

Crédits : Collection MUSE – 2022/2023
DIRECTION ARTISTIQUE : FABIEN PROVOST
DIRECTEUR COMMUNICATION: JEAN-PHILIPPE SIONNEAU
COMMUNICATION : MARINE CREMASCHI
CRÉATIONS : ALEXANDRE PROTTI, ELODIE LIQUITO &
NICOLAS (THIBAULT) BRILLOUX
COULEURS : HÉLÈNE HUYNH & PAMELA FRANGOPOULOUS
MAKE-UP : THORA DANIELS
STYLISME : MARLÈNE LE GALL
PHOTOGRAPHE : LAURENT DARMON
GRAPHISME : MATTHIEU CHAMBET-ROSSET

Catégories: Actualités