La discrimination à l’embauche : le dictat de la beauté en coiffure

Taille du texte: A A A

Grand nombre de personnes font encore face aujourd’hui à la discrimination à l’embauche. Les critères premiers sont l’âge, le sexe, les origines et le physique.

Les discriminations à l’embauche sont un phénomène qui touche de plus en plus de chômeurs : 87% d’entre eux considèrent qu’elles sont fréquentes et 37% estiment en avoir été victimes personnellement.

Dictature du physique à l’embauche

D’après une étude dirigée par deux psychologues américains, notre impact sur les autres dépend à 55% de notre physique, 38% de notre voix et seulement à 7% de ce que nous disons ! Personne ne peut donc nier le fait que le physique joue un rôle important dans le choix d’un salarié durant un entretien ! La beauté est un critère considérable dans les ressources humaines. L’apparence renvoie à une idée selon laquelle l’extérieur ferait transparaître ce qu’il y a à l’intérieur. Les employeurs pourraient donc préjuger donc des qualités et des défauts sur le simple physique !

La tête de l’emploi en coiffure

Souffrir d’obésité, être excessivement grande ou avoir un physique disgracieux peuvent être de véritables obstacles dans le secteur de la coiffure ou la beauté est mise en avant chaque jour.

Après plus d’un an de recherches inabouties, une jeune coiffeuse se dit victime de discrimination due à un jugement sur son poids trop élevé. A 20 ans seulement, Violaine peine à trouver le job de ses rêves. Après l’envoi de 90 CV dans des salons de coiffure du pays de Vannes et des alentours, aucun n’a débouché sur un poste de coiffeuse. Avec une photo sur son CV, on ne l’a rappelait pas. Sans photo, des excuses bancales lui étaient données après chaque entretien ou essai passé.

Certains employeurs peuvent être sévères quant au physique de leurs employés dans l’objectif de préserver une certaine image pour leur entreprise.

Que dit la loi ?

Le code pénal reconnait près de 18 critères de discrimination à l’embauche, comme l’apparence physique et le poids notamment. Si la discrimination est avérée, il encourt une peine de 3 ans de prison et 45 000€ d’amende. Il est toutefois très difficile d’établir la preuve de cette discrimination physique…

Si vous recherchez un peu d’aide pour décrocher l’emploi de vos rêves, Biblond vous dit tout (ou presque) dans son article « Entretien d’embauche, ne pas se rater »

Source : legifrance.gouv.fr

 

Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0