Entretien d’embauche : ne pas se rater !

Taille du texte: A A A

C’est une étape parfois redoutée dans la recherche d’un job. Pas de panique, Biblond vous donne des clés pour être préparé le jour J.

Chômage, licenciement…, des mots qui ne quittent plus la une de l’actualité. Dans la coiffure, le recrutement n’est pas en panne, mais la situation est loin d’être rose. « On a assisté en 2009 et 2010 à la perte de 3 600 emplois », note la Fédération nationale de la coiffure. Et les candidats se bousculent parfois au portillon.

Étape 1 : Candidater

Ça commence par éplucher les petites annonces : Pôle Emploi, journaux, Internet. Osez aussi la candidature spontanée ! Mais pour qu’elle ne finisse pas à la poubelle, « il faut sortir du lot, par la mise en page du CV par exemple », conseille Cyril Fourcade, directeur artistique des salons Jacques Fourcade. À remettre si possible en main propre. « Ça prouve que le candidat a envie et le patron peut ainsi se faire une première idée de sa personnalité », estime Charlotte, une jeune coiffeuse.

3 conseils pour un bon CV
Faire preuve de clarté et d’originalité
L’adapter en fonction du poste ou de l’entreprise
Relire pour éviter les fautes d’orthographe

Étape 2 : se préparer à l’entretien

Ça y est, vous avez eu une réponse positive… Ouf ! Maintenant, il faut se préparer aux questions du recruteur. « Pourquoi postuler dans notre entreprise ? » Renseignez-vous avant de vous lancer ! « Que savez-vous faire ? » « J’attends d’un candidat qu’il soit bosseur, professionnel, qu’il maîtrise la couleur, la coupe mais aussi les produits… », liste Franck François, fondateur du groupe Vog. Préparez-vous à détailler vos compétences avec des exemples à l’appui. Il faut aussi anticiper les questions déstabilisantes ! Quel est pour vous un salaire intéressant ? « Si quelqu’un me dit qu’il ne veut pas gagner d’argent, je ne le prends pas », lance le P-DG, qui demande aussi parfois si le candidat « fait » des pourboires, « preuve que la cliente est contente », affirme-t-il. Besoin d’être rassuré ? Entraînez-vous avec un ami ou un parent.

Étape 3 : le jour J

Pour faire bonne impression, soyez habillé et coiffé avec soin ! Un coiffeur mal coiffé, c’est le comble… et l’échec assuré. Une évidence, et pourtant ! L’attitude aussi est primordiale. Il faut jouer des formules de politesse et être souriant, ne pas regarder ses pieds mais les yeux de son interlocuteur pour capter l’attention et raconter son histoire. Écoutez le recruteur pour ne pas tomber à côté de ses questions ! Soyez précis, utilisez des termes positifs, privilégiez les formules actives, comme « j’ai réalisé, j’ai mis en place… ». Argumentez et ne répondez pas simplement par oui ou par non. Cyril Fourcade apprécie aussi « un candidat qui prend des initiatives, qui me dit “Je peux vous montrer ce que je sais faire”, qui pose des questions ».

Étape 4 : après l’entretien

Avant de partir, n’oubliez pas de demander quand vous pourrez avoir une réponse. Pas de nouvelles à la date convenue ? Attendez deux jours pour relancer. Cela prouve que le poste vous intéresse vraiment. En revanche, si rien n’a été précisé, attendez une semaine pour rappeler.

DO
Arriver bien habillé, coiffé et à l’heure ;

montrer sa motivation pour le poste ;

être sincère.

DO NOT
Avoir une attitude passive et renfermée,

se survendre.

par Noémie Guillotin

Partage
Partager avec nous votre avis ! 0