Aide Préciseo pour limiter les maladies professionnelles

Taille du texte: A A A

C’est le mal des salons de coiffure : 75 % des maladies professionnelles reconnues chez les coiffeurs sont des TMS.

Pour les prévenir, PrécisEo aide les coiffeurs dans l’achat de matériel ergonomique.

 

Les troubles musculo-squelettiques touche les professions de la coiffure

Coude levé pour faire les brushings, genoux qui cognent contre le bac de lavage, mal de dos à force d’être toujours debout, doigts engourdis à force de manier les ciseaux, postures statiques, cadences imposées, gestes répétitifs…

Les coiffeurs sont particulièrement touchés par les troubles musculo-squelettiques (TMS) qui représentent plus de la moitié des maladies professionnelles. « Les conséquences sont nombreuses pour la profession, détaille Jacques Minjollet, directeur des Institutions de la Coiffure. De nombreuses carrières peuvent être stoppées par ces affections invalidantes. Un coiffeur en arrêt maladie perd une partie de son salaire et pour le salon, ce sont des clients en moins également. » Ainsi, au total, les TMS coûteraient 10 millio ns d’euros par an à la branche coiffure.

 

Une aide financière pour réduire les risques professionnels de la coiffure

 « Leur prévention est une priorité majeure, martèle Jacques Minjollet. Et nous savons que le matériel ergonomique permet de réduire le risque. » Alors, depuis l’année dernière, l’Assurance maladie Risques professionnels et les Institutions de la Coiffure se sont saisies du problème et ont lancé le dispositif Préciseo. Soit une enveloppe de 10 millions d’euros, destinée à financer l’achat de matériel ergonomique répondant au cahier des charges de l’Assurance maladie

Risques professionnels, comme des bacs à shampooing réglables ou des sèche-cheveux plus légers et moins bruyants. L’aide financière, disponible encore trois ans, est accessible aux salons de coiffure de 1 à 49 salariés. Elle s’élève à 50 % de l’investissement hors taxe et est plafonnée à 5 000 euros. Et le succès est là : en mai dernier, 1,5 million d’euros avaient déjà été dépensés et plus de 300 dossiers déposés.

 

Préserver la santé des coiffeurs

Et pour inciter toujours plus de coiffeurs à se saisir du dispositif, certains montants minimum d’achats ont été rabaissés : 500 euros d’investissement minimum pour des sèche-cheveux contre 1 000 l’an dernier. « Il est important que les coiffeurs ne négligent pas leur santé, assure Jacques Minjollet. Et nous faisons notre maximum pour qu’ils puissent exercer leur métier-passion le plus longtemps possible. »

Pour bénéficier de l’aide PRECISEO, s’adresser à la Carsat de votre région

Plus de renseignements : moncoiffeursengage.com/pour-qui/prevention-tms-aide-preciseo

 

Les coiffeurs étudiés

Dans la lutte contre les TMS, les Institutions de la Coiffure ont également lancé une grande étude épidémiologique qui va se dérouler sur quatre ans et vise à interroger 5 000 professionnels, sexes et âges confondus. « Notre objectif est de dresser un état des lieux de la santé des coiffeurs, de faire une photographie de la profession », précise Jacques Minjollet.

L’avis de Christophe Gaillet

Je n’avais jamais entendu parler de TMS. Il est bien sûr important de détecter rapidement cette pathologie et de la soigner. Mais attention ! Certains se plaignent de maux divers et nous les voyons arriver parfois le matin avec minerve ou attelle… Comme s’ils avaient quarante ans de métier ! Notre travail est difficile, mais nous ne sommes pas des mineurs de fond ! Alors, oui pour la prévention, mais n’allons pas encore mettre des idées dans la tête de nos jeunes recrues !

Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 0