L’UNEC lance l’opération J’AIME MON COIFFEUR

Taille du texte: A A A

La possible suppression des diplômes pour exercer le métier de coiffeur fait réagir l’UNEC.

 

Alors qu’Emmanuel Macron a évoqué la nécessité de faire évoluer le caractère obligatoire de certains diplômes, l’UNEC a lancé l’opération J’AIME MON COIFFEUR. À partir du 1er décembre, les élus seront invités à participer à des leçons de coiffure sur des têtes malléables. Le but ? leur faire prendre conscience que le métier de coiffeur est un art qui nécessite une formation. Dans le même temps, les salons partenaires auront pour devoir de sensibiliser leur clientèle par le biais d’affiches, discussions et leçons.

 

 

L’UNEC veut se faire entendre

 

Choqué par l’image que donne cette loi au métier de coiffeur, le président de l’UNEC, Bernard Stalter, a vivement réagi, précisant que des produits chimiques sont utilisés et qu’ils peuvent s’avérer dangereux en cas de mauvaise utilisation. Contrairement à ce qu’Emmanuel Macron laisse penser, coiffeur est un réel métier qui ne peut pas être exercé sans diplôme. En effet, quelle serait la qualité des prestations et de l’hygiène sans une formation complète et adaptée ?

De plus, les chiffres parlent d’eux-mêmes et la pratique de la coiffure sans diplôme n’apparaît pas comme la meilleure des solutions. Aucun diplôme n’est nécessaire pour exercer la coiffure à domicile, mais l’absence de qualification se ressent dans le revenu annuel moyen. Celui-ci s’élevait à 10 500€ en 2013.

 

 

Tout n’est pas à jeter…

 

La loi Macron 2 vous déplaît, mais il y a quand même des points positifs à retenir. Parmi eux, la modernisation et l’intégration des nouveaux outils numériques dans les salons de coiffure. Site internet, prise de rendez-vous sur le web ou encore utilisation de tablettes et de logiciels, la révolution numérique est en marche. La présence sur le web et l’évolution de la consommation fait partie des enjeux que devront gérer les salons de coiffure s’ils ne veulent pas disparaître.

 

Catégories: Actualités, S'informer
Partages
Partager avec nous votre avis ! 6