La bienveillance du manager

Taille du texte: A A A

 

Faire attention au bien-être de ses collaborateurs, c’est garantir la rentabilité !

 

Être un patron bienveillant n’est pas qu’un concept humaniste, car en veillant sur vos employés, vous veillez sur votre entreprise. Ne dit-on pas qu’un salarié heureux est plus productif ? Sachez que c’est le cas ! Il existe deux façons distinctes de manager : la bienveillance et le management pyramidal. Ce dernier, consiste à cloisonner les rôles en fonction de la hiérarchie et même s’il peut fonctionner à merveille pendant un temps, tout peut s’écrouler du jour au lendemain, entraînant l’entreprise dans un cercle vicieux. D’autant plus que les générations futures seront de moins en moins attachées à leur entreprise et quitteront leur poste si elles ne s’y sentent pas bien.

 

 Les essentiels du bon manager

 

 Ne vous imposez pas

La discussion est la clé. Si vous avez une idée, ne l’imposez pas sans en parler avant. Pour qu’ils se sentent investis dans le projet, vos salariés doivent savoir que vous leur faites confiance. Sinon, ils auront simplement l’impression d’exécuter une tâche supplémentaire sans aucun retour positif pour eux. D’autant plus que favoriser l’échange pourra vous donner des idées pour développer votre projet.

 

Ne pas abuser des sanctions

Là, encore une fois, c’est l’échange qui prévaut. Si votre coiffeur fait une erreur, ne l’envoyez pas bouler sans explication. Discuter de manière constructive permet de rassurer le salarié et de limiter le risque de récidive. Et n’oubliez jamais que, vous aussi, vous faites des erreurs.

 

Être honnête avec tout le monde

L’un des plus grands risques dans une entreprise c’est qu’un employé se sente déconsidéré par rapport à un autre. Cette source de conflit peut être écartée si vous jouez la transparence. Par exemple, si vous augmentez le salaire de l’un de vos coiffeurs dites-le aux autres et expliquez pourquoi. Cela les poussera à en faire autant et boostera leur productivité.

 

 

Soyez à l’écoute des problèmes

Sans être psychologue, le manager doit prendre en compte les états d’âme de ses employés. Un coiffeur qui ne se sent pas bien dans son espace de travail doit en parler avec le manager qui, lui, doit prendre en considération les plaintes du salarié. Si ce dernier ne se sent pas bien, le client ressent peut-être la même chose et ne reviendra donc pas au salon.

 

Ce à quoi il faut faire attention

Restez à votre place. Vous êtes le manager, pas un copain ! Au salon, vous n’êtes pas avec vos « potes », mais avec vos collaborateurs.  N’oubliez jamais que vos salariés doivent vous admirer et vous craindre.

« Si tu es craint mais pas admiré, tu es un “con”, et si tu es admiré mais pas craint, tu n’es plus le boss. » Stéphane Amaru.

Partages
Partager avec nous votre avis ! 0