16 000 salons de coiffure à vendre

Taille du texte: A A A

Devons-nous nous attendre à la Disparition progressive De notre métier ? Évidemment non car il faudra toujours, se dit-on, aller chez le coiffeur !

 

La mutation a bel et bien commencé et malheureusement les 16 000 salons de coiffure risquent de ne pas se négocier au prix souhaité… Dans ces ventes potentielles, on compte bien entendu les départs à la retraite, mais aussi et surtout des salons indépendants ou encore les franchisés qui ne vivent plus de leur métier.

Entrepreneur : Un métier à risque

Celui qui ouvre un salon aujourd’hui se verra contraint de faire face à un système incroyablement injuste. Il devra présenter des garanties colossales pour espérer obtenir un prêt auprès des banques. Il cotisera pour la société sans avoir pour autant une quelconque protection (chômage…).

Il lui faudra connaître toutes les lois et les faire respecter dans son salon pour se prémunir des redressements du fisc et de l’urssaf. Il devra être vigilant au moment des embauches car il est de plus en plus difficile et litigieux de se séparer des salariés sans risquer les prud’hommes.

Si ses employés ne font pas le chiffre nécessaire au règlement des salaires, il devra sortir le complément de sa poche et ne pourra pas les réprimander au risque de se voir poursuivi.
son salaire, il devra l’assumer seul au risque de le voir être égal à zéro – au mieux il tirera 10 % des recettes une fois les frais payés – et il devra travailler plus de cinquante heures par semaine pour éponger les dettes.

Il sera en revanche invité à partager ses bénéfices, s’il en fait, avec l’État et ses salariés, alors qu’il devra en assumer les conséquences s’il n’en fait pas.
Il aura à faire face à 10 000 coiffeurs à domicile qui pratiquent le même exercice que lui sans les contraintes de bail, de local ou de salariés, et qui sont exemptés de TVA et de toute réglementation traditionnelle. Mais qui va prendre un tel job à part un inconscient ?

Aurions-nous pu éviter cela ?

Évidemment, les premiers responsables sont les organismes professionnels qui auraient dû lire biblond il y a quelques années ! J’expliquais déjà le trop-plein de salons de coiffure. Ils se sont contentés de prendre des adhésions sans penser au plus important : ils n’ont pas su anticiper l’avenir du métier de coiffeur ni défendre nos intérêts au plus haut niveau. Ils se sont, certes, battu pour la TVA à 5,5 % et la formation, mais ces sujets leur ont échappé. la TVA va repasser à 20 % et la formation est dirigée par un organisme spécifique.

Ils ont aussi perdu l’aura de leurs compétitions. Être Meilleur Ouvrier de France (MOf) ou même champion n’a plus le même prestige. Les jeunes préfèrent aujourd’hui faire les compétitions des fournisseurs qui proposent des gratifications plus alléchantes et valorisantes.
les examens ne sont plus adaptés. On continue de fabriquer des entrepreneurs qui ont tout juste 20 ans pour tenir des micro- entreprises qui ferment pour la plupart au bout de cinq ans.

Nous risquons encore de perdre 20 % de salons dans les deux prochaines années. les premiers touchés seront certainement ceux des villages. Il vaudra mieux avoir un camion ou une bicyclette plutôt qu’un salon pour une zone de chalandise trop faible et
des risques trop importants. le rang des coiffeurs chômeurs auto-entrepreneurs va grossir, car ce statut est sans contrainte,
et le « travail au noir » va renaître… Oui, vous, organismes professionnels, vous êtes responsables de ne rien faire changer ! Alors, que proposez-vous vraiment ?

EST-CE QUE J’EXAGÈRE ?

Voir la page Facebook de Stéphane Amaru

Didact

Annoncer les chiffres du secteur, c’est bien, mais ce n’est pas tout ! Après avoir perdu la formation, la crédibilité, les compétitions, la bataille de la TVA, il ne faudrait pas perdre la notion la plus importante : l’assistance et le conseil… 16 000 salons, c’est un quart du cheptel et cela montre bien l’échec du système global. Le chiffre n’est pas juste inquiétant, il est affolant. Ce sont des solutions concrètes suivies que les coiffeurs attendent ! Mais peut-être n’en avez-vous pas… Alors continuez à lire biblond avec peut-être un peu plus d’attention !

Partages
Partager avec nous votre avis ! 0