Transformez les besoins en envie

Taille du texte: A A A

Manger est un besoin… Mac Donald est une envie !
Boire est un besoin… Coca-Cola est une envie!
Un ordinateur est un besoin… Apple est une envie!
Les transports en commun sont des besoins… La première classe est une envie!
Une voiture est un besoin… Ferrari est une envie! !
Le coiffeur est un besoin… Un bon coiffeur est une envie !

 

Alors que toutes les grandes marques de consommations ont compris, et rivalisent d’intelligence pour s’accaparer les euros de nos chers clients, nous, coiffeurs, continuons de comparer nos services à un besoin.

Avez-vous déjà entendu nos clients nous parler de notre beau métier. Et bien, voilà ce qu’il se raconte sur nos fauteuils : Mes clients ne cessent de me répéter depuis vingt ans qu’il n’y a pas de chômage dans la coiffure, car ils auront toujours besoin d’un coiffeur.

Il y a vingt ans, oui peut-être, mais aujourd’hui, ils nous prouvent chaque jour qu’ils peuvent se passer de nous. Ils achètent en grande surface, se passent de nos services pour le brushing hebdomadaire, se lissent eux-mêmes, se colorent eux-mêmes, se bousculent dans les boutiques du coiffeur ou sur Internet. Ils repoussent leur rendez-vous au profit d’un jean ou d’une paire de baskets. Ils se coupent la frange, égalisent leurs pointes, font des crédits pour l’achat d’une télé ou d’un ordinateur, s’abonnent pendant deux ans pour un téléphone dernier cri…

.… Et nous; nous ne sommes là que par besoin, lorsqu’il est temps, trop tard, juste bon à dépenser leurs dernières économies, bref… Nous sommes des bouche-trous, tout juste bons à mendier ce qu’ils voudront bien nous donner.

 

 

Enfin ça, c’est pour ceux qui n’ont pas compris. Car heureusement, il y en a qui ont compris.

Il y a ceux qui ont réussi à transformer le besoin en envie. Il y a ceux, qui savent parler à leurs clients de nouveauté, ceux qui chuchotent leur savoir-faire à l’oreille, ceux qui « markettent » leurs différences ! Il y a aussi ceux qui créent le buzz, allèchent, étonnent, font parler. Et puis ceux qui se forment, s’inspirent, essaient des nouveautés, inventent des nouveautés, n’ont pas peur de s’investir.

Ou encore ceux qui racontent une histoire à leurs clients, bousculent la routine, jouent un jeu… Car oui, notre métier est un jeu, qui peut rapporter gros si vous le jouez à fond. « Libre à vous de faire ce que vous voulez, mais reste à savoir si vous avez besoin de survivre ou envie de vivre. »

 

LORIS HUG

Partages
Partager avec nous votre avis ! 0