Sur scène au Mondial Coiffure Beauté 2013

Taille du texte: A A A

« L’ennemi, c’est la routine »

Stéphane Amaru – 13h55 sur la scène du Zénith

« Il faut avant tout être reconnu dans son propre salon de coiffure, être celui que les clientes demandent. Et puis il ne faut pas avoir peur de débuter les shows gratuitement. Personne ne vous fait confiance au départ. Il faut se faire connaître des organisateurs. Comment ? En allant aux réunions de coiffeurs comme le Mondial, en proposant aux artistes déjà sur scène de faire de l’assistanat, en participant aux compétitions… Il faut avoir du culot. 

Autre point essentiel : la scène coûte de l’argent… il faut avoir quelque chose à vendre. Et si c’est de la formation coiffure, par exemple, il faut être au top techniquement. Il faut être meilleur que celui que l’on va former ! Le public est pointu, il est donc essentiel de se renouveler, de s’entraîner deux fois plus. Je conseille aussi aux jeunes de se spécialiser. La concurrence est rude. Les niches – comme la couleur ou l’homme – sont parfaites pour se faire repérer. L’ennemi, c’est la routine. En la cassant, on trouve d’autres opportunités. Il faut sortir de sa bulle pour se trouver au bon endroit au bon moment. Enfin, en démultipliant l’info et les photos sur les réseaux sociaux, on a plus de chance de sortir du lot. »

« Aimer passionnément son métier »

Sandrine Ruiz – 11h10 sur la scène du Zénith

« Très tôt, je me suis lancée dans les compétitions. Avant un show, je m’entraîne deux fois par semaine pendant des mois. Un coach m’aide sur la respiration et le bien être, une fois par semaine. Je fais aussi du sport et du yoga pour me déconnecter de la coiffure, prendre du recul et trouver l’inspiration. Mais avant tout, il faut aimer passionnément son métier. Travail, travail, travail…

Au fil du temps, on trouve sa signature. Elle doit nous ressembler, on ne peut pas tricher avec ça. Et pour la faire connaître, on fait des collections et des photos. Les jeunes devraient savoir ce qu’est une équipe artistique et comment ça fonctionne. C’est un très bon entraînement. On peut passer huit heures sur un brushing pour que tout soit parfait au moment du shooting. Avec mon équipe, nous sommes en connexion totale. On grandit ensemble, un peu comme une famille. »

C

c

« Il faut savoir sortir du salon »

Michel Dervyn – 11h45 sur la scène du Zénith

« Il n’y a pas mieux que les concours de coiffure pour se faire repérer. Mais aussi pour développer son côté “artiste”. Il faut savoir sortir du salon, les clientes ne sont pas des cobayes ! Les concours de coiffure ont été une révélation : je pouvais enfin laisser aller toute ma créativité et mon imagination.

Depuis, c’est une ascension permanente : la scène, les voyages, une ouverture sur d’autres façons de vivre et de travailler. Il faut être curieux de tout et ne jamais se reposer sur ses acquis. Si on ne maîtrise pas la technique, la créativité est limitée… La formation technique permet de répondre à toutes les folies ! Un artiste reste bon élève toute sa vie, apprenant sans cesse. Mais il doit garder une part d’inconscience et de rébellion. Il ne faut pas avoir peur d’aller chercher au fond de soi, sans cadre ni obligation. »

Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0