Communication du salon de coiffure via les relations presse

Taille du texte: A A A

Et pourquoi ne pas recourir aux relations presse ? Ces professionnels vous permettent de faire connaître votre salon  de coiffure et souvent à un coût moindre.

L’utilité de recourir à une agence de presse pour faire connaître son salon de coiffure

Si en coiffure le bouche-à-oreille reste primordial, un petit coup de pouce en termes de communication peut se révéler fort utile. Outre la publicité, il est possible de recourir aux relations presse. Elles ont pour objectif de faire connaître le salon de coiffure aux journalistes, d’accroître sa notoriété et de  communiquer sur les événements et les nouveautés. « C’est ,utile pour les coiffeurs qui comptent plusieurs salons, pour les groupes comme le nôtre, explique Gwénola Ferrien, responsable presse et communication chez Provalliance. Chaque marque à son ADN, son positionnement, ses produits et collections, ajoute Claire Dubuit, responsable presse dans le même groupe. Il est important de communiquer afin d’informer les lectrices et susciter leur envie. » Au sein d’un groupe, en tout cas chez Provalliance, ce travail de communication est continu.

Les relations presse un concept de niche

Les relations presse peuvent aussi servir aux coiffeurs indépendants, mais de façon plus occasionnelle. « Il peut être utile d’avoir recours aux RP pour le lancement d’un salon », souligne Baya Marcial, spécialiste des relations presse encoiffure (BayaPress). « En revanche, au cours de l’activité du coiffeur, l’impact sera de moindre importance pour des salons de villes petites ou moyennes. La presse comme Elle, par exemple, évoque en général les coiffeurs qui se positionnent sur un concept de niche ou sur ceux qui ont plusieurs salons dont un à Paris. »

Pour réaliser leurs missions, soit faire connaître un salon ou les opérations spéciales auprès des journalistes, les spécialistes de la communication utilisent différents supports écrits et photos.Pour que ces documents réussissent à attirer l’attention des rédactions, leur présentation devra être extrêmement soignée, et bien préparée en amont. « Les magazines préparent leurs articles deux ou trois mois avant leur bouclage, précise Baya Marcial. Il faut donc anticiper. » D’autant plus que les journalistes n’ont aucune obligation vis-à-vis des attachés de presse. Choisissez-les donc bien, ils devront se montrer convaincants !

La communication du salon de coiffure présente un coût

Si les relations presse incarnent une alternative intéressante à la publicité, elles ont aussi un coût. Dans le cadre d’une franchise, les frais liés au fonctionnement du réseau incluent généralement une redevance communication, dédiée à ce genre d’activité. Chez Provalliance, en effet, « Le service est intégré et ne nécessite donc pas d’honoraires d’agences », précise Gwénola Ferrien. Pour un coiffeur indépendant, tout dépendra du contrat signé avec l’agence de presse. « Les prix varient entre 1 500 et 4 000 euros par mois selon le forfait », précise Baya Marcial. L’attaché de presse peut réaliser un travail sur trois ou six mois, voire sur un an, par exemple. Puis il peut réaliser un suivi, créer lui-même la documentation. Cela peut aller jusqu’à l’organisation d’événements, avec, par exemple, une mise en relation avec le MBC.

L’avis du coiffeur Patrick Lagré

La première des presses, et la plus importante à mon avis, est le bouche-à-oreille. Ainsi la cliente devient votre première attachée de presse. Ensuite, il y a la notoriété que l’on veut développer, l’image que l’on veut entretenir et véhiculer. Les retours restent difficiles à quantifier et utiliser les services d’une attachée de presse peut être coûteux pour une petite structure. Et puis surtout, il faut avoir quelque chose à dire, un concept à faire connaître, une actualité, une nouveauté pour intéresser les journalistes. Le plus important reste la satisfaction du client.

Partage
Partager avec nous votre avis ! 0