Stéphane Amaru : le savoir-voir

Taille du texte: A A A

Après le « savoir-faire » et le « savoir-être », voici le « savoir-voir » !

Un coiffeur doit maîtriser ses techniques, il doit être sympa et apprécié de son client. C’est la base, mais cela n’exclut pas que ce même coiffeur fasse « sympathiquement » la mauvaise coiffure bien faite sur la mauvaise personne… Elle est une qualité méconnue, car elle paraît évidente : c’est la « culture » de la vision.

 

Avoir l’oeil est particulièrement recherché par vos clients car ils achètent inconsciemment votre goût, votre vision des choses et souvent, on ne travaille pas cette partie essentielle. Pour faire de nous des coiffeurs prêts pour éviter de les perdre, depuis l’arrivée du Web sur notre téléphone, nous avons progressivement arrêté de lire sur papier au profit du digital avec les réseaux sociaux et l’apparition des blogueurs. Pourtant… LES FAUSSAIRES D’INTERNET.

On pourrait faire un article entier sur les bienfaits du Web, mais voici aussi l’effet inverse. Il est devenu un mytho et « le vrai du faux » commence à le rendre moins fiable !

Faux CV, fausses vies de certains blogueurs qui pourraient être vous ou moi, nombres de followers tronqués car achetés, faux avis, lâches derrière des pseudos, fausses photos, fausses coupes/couleurs,… Même les coupes dégradées pour hommes commencent à être trafiquées. Alors, faites attention ! Il est important de se reconnecter avec la mode et de se demander qui fait la mode. Et peut-être revenir aux basiques que nous avons oubliés avec ce flux de surinformations.

L’IMPACT DE LA MODE Pour ma part, je me concentre sur les publicités des créateurs. J’adore Dior, donc je regarde et j’essaie de comprendre pourquoi ils prennent tel ou tel parti dans l’image, pourquoi ils font tel choix. S’ils coiffent de cette façon sur la photo, c’est qu’il y a une raison ! Et puis quand on arrive à pousser ses clients à acheter un tee-shirt avec sa marque dessus, c’est que le public est conquis.

La mode est lancée par des magazines comme Vogue ou L’Officiel où l’on retrouve tous les grands noms des maisons de couture : Gucci, Miu Miu, Prada, Dior, Chanel…

SE DÉCONNECTER Votre client n’ouvre pas de magazine de coiffure et ne vient pas au MCB. Nous sommes souvent trop tournés vers nous-mêmes et nous demandons : « Qu’est-ce que j’aime faire ? », plutôt que de nous concentrer sur ce que nos clients rêvent d’avoir. Souvent, la mode que nous traduisons est exagérée et intracommunautaire. Dans le dernier Vogue, vous ne verrez pas de dégradé sur des cheveux longs. Les coupes graphiques sont anecdotiques et les couleurs de cheveux pastel ou autres teintes vives sont des « niches » …

Ne pas cultiver la bonne vision, c’est se déconnecter de la réalité du client, ne plus être dans le contemporain et devenir rétro…, d’aimer ce que nos clients détestent en nous, ce côté exagéré, « too much » !

 

REVUE DE PRESSE AU SALON Beaucoup de coiffeurs qui coiffent trop ne verront pas les subtilités et le message de mode derrière l’image. Pour avoir une direction et une vision communes, il faut organiser dans le salon des revues de presse. Afin de cultiver le goût et le détail contemporain de chacun tout en restant connecté à la mode.

Demandez à chaque membre de l’équipe de sélectionner son « best of » couleur/coupe/coiffage d’un magazine de mode. Cela permet de pouvoir en discuter ensemble et, inconsciemment, on cultive ainsi son goût pour la mode.

Ne pas organiser de revue de presse, c’est laisser chaque membre de l’équipe dans sa propre vision de la mode. Et nous ne sommes pas égaux face à ce qui est beau ou non. À terme, progressivement, cela devient le chaos artistique. Le goût visuel se cultive et il est tout aussi important que le savoir-être ou le savoir-faire. Ceux qui ne se forment pas tombent dans une zone de confort visuel qui les empêche de voir qu’ils deviennent « rétro » et la mode déteste ce qui est rétro et pas remixé.

Sachez voir la mode car ou vous la suivez, ou c’est elle qui vous quitte, lentement et progressivement, mais sûrement… ¡

Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 1