Salon de coiffure recherche apprentis désespérément !

Taille du texte: A A A

Les chiffres sonnent comme une alarme : le secteur de la coiffure, qui aligne précisément 85 492 établissements pour un CA de 5,8 milliards (Mds) d’euros, a perdu 28 % de ses effectifs en formation en dix ans. Mais… où sont les apprentis ?

 

Cet état des lieux n’est une surprise pour personne, et encore moins au sein de notre rédac, cf. notre article ci-dessous.

La profession a perdu 4 900 actifs depuis 2009. Une baisse de la main-d’œuvre qui pousse vers la solution de l’apprentissage. Et là : boum ! Le secteur qui occupait la 2e place sur le podium de l’artisanat en termes d’apprentis perd du muscle. Avec une dégringolade de 28%.

« Cela fait vingt ans que l’on dit que l’apprentissage n’est pas valorisé et on a toujours seulement 7 % d’apprentis, alors que le taux de chômage des jeunes est de 23 % », confie Bernard Stalter, le président de l’Union nationale des entreprises de coiffure (Unec),  aux Échos.
Mais depuis la réforme du gouvernement sur l’apprentissage, lancée en début d’année, la rentrée s’annoncera peut-être plus clémente. À suivre de près !

Rappel de la réforme du gouvernement sur l’apprentissage, les points à retenir :

– Embauche des apprentis possible toute l’année
– Aide de 500 euros pour le permis de conduire aux apprentis de moins de 18 ans
– La limite d’âge de formation des apprentis est reculée à 30 ans
– Le gouvernement encourage les apprentis à se former à l’étranger
– Possibilité pour l’apprenti de poursuivre sa formation si l’actuel contrat de travail est interrompu par l’employeur
– Des conditions de rupture de contrat plus souples
– Mise en place d’une prépa-apprentissage
– Plus de transparence sur les débouchés de la formation et leurs taux d’insertion
– Prévision d’une hausse de la rémunération pour les 16/20 ans
– Assouplissement de la durée légale de travail pour les mineurs

Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 2