Salarié, tout savoir sur l’abandon de poste

Taille du texte: A A A

 

Après avoir abordé le point de vue de l’employeur, nous allons aujourd’hui voir les conséquences d’un abandon de poste pour le salarié.

 

 

Avant d’être des employeurs, beaucoup d’entre vous ont été salariés. Ainsi, vous savez que, parfois, le travail de coiffeur devient trop difficile à vivre. Les raisons sont nombreuses, mais souvent, ce qui pousse les salariés à quitter leur poste du jour au lendemain, ce sont les problèmes avec la direction. Ainsi, aujourd’hui c’est aux employés que nous nous adressons, mais aussi aux employeurs. En effet, profitez de cet article pour essayer de comprendre les agissements de vos collaborateurs qui abandonnent leur poste.

 

Les premières conséquences de l’abandon de poste

Que vous soyez au courant, lorsque vous abandonnez votre poste les conséquences sont immédiates et la première est conséquente. En effet, l’absence injustifiée entraîne instantanément la suspension de la rémunération. Ainsi, pendant toute la durée de votre absence vous ne recevrez pas votre salaire.

Sachez également que votre employeur dispos de deux mois pour vous sanctionner, une période durant laquelle vous ne serez pas payé. Toutefois vous serez toujours liés à votre entreprise et vous ne pourrez pas prétendre aux allocations chômage.

 

 

 

Abandon de poste, démission et chômage ?

Lorsque vous n’allez pas travailler, vous ne pouvez pas être considéré comme démissionnaire. Selon le Code du travail, « la démission doit résulter d’une volonté claire et non équivoque du salarié ». Or, ne pas retourner au travail, même lorsque vous recevez des courriers de mise en demeure, ne suffit pas à caractériser une démission.

 

En ce qui concerne le chômage, vous devez attendre que votre employeur engage une procédure de licenciement à votre encontre. Ce n’est qu’une fois votre licenciement acté, que vous pourrez prétendre aux allocations chômage. Toutefois si, en quittant votre poste, vous mettez en péril l’activité de l’entreprise votre licenciement pourra être requalifié en licenciement pour faute grave et vous n’aurez pas le droit au chômage.

 

Une alternative à l’abandon de poste

L’abandon de poste n’est jamais anodin, d’autant plus dans un secteur comme celui de la coiffure. Par exemple, vous ne pourrez pas compter sur l’appui de votre ancien employeur lors de vos entretiens d’embauche.

Pour éviter d’en arriver là, nous vous conseillons de tenter de discuter avec votre employeur et de lui proposer une rupture conventionnelle !

Catégories: Actualités, S'informer
Partages
Partager avec nous votre avis ! 0