Recherche coiffeurs… désespérément

Taille du texte: A A A

Les difficultés de recrutement auxquelles sont confrontées les chefs d’entreprise sont monnaie courante dans les métiers de la coiffure. À quoi ou à qui imputer cette problématique ?

 

Pénurie de compétences, d’attractivité ? Patrons moins motivés donc peu motivants ? Dans la coiffure, le nombre d’offres d’emploi non pourvues est élevé et depuis quelques années les patrons de salon ont toutes les peines du monde pour attirer et recruter de nouveaux collaborateurs.

 

Données

Selon le rapport annuel de l’Unec qui inclut les données en cours de 2017, le taux d’embauche était de 12,5% (soit 11900 salariés recrutés), mais avec un taux de départ identique de 12,5% (soit 11950 salariés) en 2016. Ce solde nul et une population de salariés et d’apprentis qui se contracte ne permettent pas de répondre aux besoins en recrutements de la profession puisque le nombre de salons en France continue de progresser régulièrement (+ 3% en 2016).

Arguments

À ces difficultés récurrentes d’embauche, certains avancent les arguments suivants : manque de qualité des candidats ou d’attractivité des rémunérations, refus de travail le week-end, pénibilité et conditions de travail, glissement de certains coiffeurs du salariat vers le statut de micro-entrepreneur, abandon en cours de formation… Or, d’importants efforts sont faits par les patrons de salons en matière d’amélioration des conditions de travail, de lutte contre les TMS et les risques professionnels.

 

 

L’offre formation

La coiffure est un métier attractif, un métier de créateur et donc a priori de passionné, mais qui nécessite une main-d’œuvre avec des qualifications et de la technicité.
L’offre formation structurée sur plusieurs niveaux (CAP, BP…) permet d’acquérir les compétences nécessaires pour intégrer le marché du travail, mais les filières de formation ne suffisent pas à répondre à la demande, notamment sur des profils hautement qualifiés. Du coup, certains chefs d’entreprise renoncent même à recruter faute de candidats…

En région…

Pour Patrick Cochereau, président régional de l’Unec Bretagne, interrogé par Le Télégramme il y a quelques jours : « Le nombre d’établissements reste relativement stable [dans la région], mais le nombre d’apprentis ne permet pas de répondre à tous les besoins, d’autant que certains d’entre eux disparaissent du circuit en cours de formation. » Au final, en Bretagne, entre 260 et 300 postes sont à pourvoir actuellement.

 

Alors, comment attirer les talents ? Comment redonner aux jeunes l’envie de postuler dans la coiffure ? Quelles sont les attentes des chefs d’entreprise et celles des futurs salariés ?

Nous comptons sur vous pour enrichir cette réflexion et nous faire part de vos idées ou partager vos bonnes pratiques… Alors n’hésitez pas à nous adresser votre contribution sur ce site.

Et n’oubliez pas que vous pouvez publier vos annonces d’emplois sur Biblond !

Catégories: Actualités, S'informer
Partages
Partager avec nous votre avis ! 1