Portrait : Richard Ashforth

Taille du texte: A A A

Formé au sein des équipes Sassoon, Richard Ashforth est aujourd’hui le directeur artistique de Saco. Rencontre avec un coiffeur hors norme. 

 

 

Cofondateur de la marque britannique Saco, Richard Ashforth est devenu coiffeur par hasard. Après le lycée, le coiffeur originaire de Sheffield dans le Yorkshire étudie d’abord l’art et l’histoire de l’art pendant un an. Mais sa passion, c’était la musique. « Je chantais et je jouais un peu de guitare dans un groupe qui se débrouillait bien, j’ai donc différé cette année à l’université pour pouvoir continuer. » Son père ne l’entend pas ainsi et lui demande de trouver un job. Quelques amis se forment à la coiffure à ce moment-là. « J’allais les voir, pour me faire couper les cheveux. Je me suis dit que si je devais trouver un job, ce serait dans un salon, car je pouvais écouter de la musique toute la journée ! Au début, ça n’avait rien de plus profond. Mais rapidement, j’ai commencé à aimer ça. J’ai décidé de poursuivre au-delà du simple aspect de la mode. »

 

L’époque Sassoon

Il commence en 1985 chez Robert Taylor, un coiffeur de Sheffield. « C’était un passionné impliqué dans la compétition. Il m’a beaucoup appris en matière de création, mais moins au niveau technique. Or, c’est ce que je voulais apprendre, je voulais créer des collections. » Quand il découvre le travail de Vidal Sassoon, c’est un déclic. En 1987, il rejoint ses équipes à Londres. L’expérience est régénérante. Au total, il passe près de vingt ans au côté des équipes Sassoon, et à voyager pour enseigner et participer à des shows. Il devient directeur artistique de UK Manchester Salon & Academy puis, en 1999, il dirige la Sassoon Academy de Londres. « Cette période a été incroyable, mais j’ai fini par atteindre un plafond de verre. Je ne progressais plus. Au début des années 2000, les propriétaires de la marque ont changé, c’était la fin d’une époque. » Le moment de partir était venu. En 2005, avec des associés, il crée la marque de salons et d’académies Saco. « La difficulté était de me faire connaître comme Richard de chez Saco, et non plus Richard de chez Sassoon. Nous avons dû travailler dur pour développer notre identité. Mais nous étions passionnés par notre métier et nos affaires. » L’identité de la marque se construit autour d’une coiffure d’avant-garde, conceptuelle mais à la fois réalisable en salon.

 

Saco, une approche technique

La Saco Academy de Paris a été créée l’année dernière. Richard Ashforth a choisi Schwarzkopf comme fournisseur en France parce que la marque travaille à ses yeux dans la même perspective que Saco, dans une approche technique. Quant au marché en France, Richard Ashforth considère qu’il s’oriente lui aussi vers ce type d’approche. « La France est réputée pour son travail spécifique, très “français”, un peu classique et chic du cheveu. Mais l’intérêt pour un travail plus technique est grandissant. C’est ce qui remonte de nos formations. La coiffure en France va de l’avant. Les coiffeurs ont une vraie passion pour apprendre et pour développer leur business, c’est très positif ! »

Partages
Partager avec nous votre avis ! 0