Portrait : Patrick Ahmed, fondateur et directeur artistique Medley, fondateur Community

Taille du texte: A A A

Grande figure de la coiffure, Patrick Ahmed voue aujourd’hui la plus grande partie de son temps à la revalorisation du métier. Fort d’un parcours exceptionnel, il accompagne les coiffeurs au quotidien, grâce à Community.

C’est avec douceur et générosité que Patrick Ahmed évoque son métier. Quand il se lance en 1979, ce n’est pas vraiment une vocation. Pourtant, son parcours est
exemplaire. Après des débuts chez Serge Saint Clos, il rencontre un anglais, ex-Sassoon. « Il m’a inspiré l’envie de me former aux techniques anglaises, en faisant des allers-retours à Londres, pour devenir formateur moi-même. » En 1988, il ouvre son salon dans le VIe arrondissement de Paris. Repéré par Eugène Perma, il intègre l’équipe artistique puis devient responsable formation. En parallèle, il crée sa marque de produits, Medley, achetée par Eugène Perma et diffusée partout en Europe. Il voyage, fait du studio, de la formation et des shows en France et à l’international. Au bout de sept ans, il décide de racheter sa marque. En 2005, il ouvre un salon-académie, dans le Marais, où, aujourd’hui, son fils Gabin prend la relève. Sa fille de 16 ans se lance, elle aussi. « J’ai déjà su transmettre la passion à deux de mes quatre enfants. » Travaillant pour les plus grandes marques (Chanel, Wella, Sebastian, BaByliss…), Patrick sent que la profession change. Sa réflexion mûrit pour donner naissance, en 2017, à  Community avec une vocation : fédérer les coiffeurs. En un an, son projet compte déjà une cinquantaine d’adhérents en France et à l’étranger. Formations, séminaires, conventions et show à la Cigale lors du Community Hair Congress.
Le but ? Inspirer les coiffeurs, les mettre en avant et créer un réseau de contact et d’échanges de qualité. Pour adhérer, rendez-vous sur hairdressers.community.

SA VISION DU METIER

« Dans les années 1980, c’était bien plus simple de s’installer à son compte et, hélas, ça n’a pas évolué dans le bon sens. Il y a eu un désamour du métier. Avec l’explosion des autoentrepreneurs, il y a moins de coiffeurs sur le marché, de plus en plus de charges, et il est difficile de développer son entreprise. Avec Community, je veux sortir les coiffeurs de l’isolement. Chaque mois, plusieurs membres nous rejoignent et tous ceux qui ont adhéré ont resigné l’année d’après. Preuve qu’il y a un réel retour sur investissement. »

CONSEILS AUX DEBUTANTS

« Il faut être courageux, tenace, passionné, curieux, motivé, avoir la volonté de sortir du lot. Certains jeunes sont là non par choix mais parce qu’on leur a imposé. Avec leur vision obsolète, les syndicats ne font pas ce qu’il faut pour revaloriser la profession. La coiffure, ce n’est pas uniquement un métier où l’on fait des chignons. C’est avant tout maîtriser les techniques de coupe pour mieux coller aux attentes de la clientèle. N’hésitez pas à demander aux patrons des formations, auxquelles l’école, hélas, ne donne pas accès. Choisissez des salons où la formation est au coeur de l’entreprise. »

LES DATES DE SA VIE

1979 Se lance dans un CAP Coiffure
1988 Ouvre son premier salon à Paris
2005 Ouvre son salon-académie, Medley, dans le Marais
2017 Crée Community

 

 

 

 

Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 0