Portrait : Aurélie Duforest

Taille du texte: A A A

Gérante du salon SoCoif’ à Lille, Aurélie Duforest s’est battue pour exercer son métier et ne regrette pas sa décision.

 

 

Aurélie a toujours su où était sa place, mais ses parents ne l’entendaient pas de cette oreille. « J’ai dû me battre avec eux, ils me voyaient plutôt médecin. » Grâce à son professeur, elle décroche en classe de seconde un contrat d’apprentissage pour un CAP coiffure au sein de VOG/Tchip. Ainsi commence l’aventure pour elle et c’est à seulement 22 ans qu’elle ouvre son salon. En parallèle, elle élargit sa palette de compétences avec une formation chez Make Up For Ever pour proposer une offre beauté plus globale. « Cela me permet de satisfaire mes clientes sur la totalité d’un service. » Passionnée et aimant le contact humain, elle met un point d’honneur à travailler en parfaite harmonie avec ses employés. Prochain défi : le Color Zoom Challenge organisé tous les ans par Goldwell, pour lequel elle concourt afin de représenter la France à la Finale internationale. Créative dans l’âme, elle s’inspire des créations de Toni&Guy, Stéphane Amaru, Alexandre de Paris et Jay Mamood de chez Goldwell pour développer sa propre patte artistique.

 

Aujourd’hui, cela fait 15 ans que son affaire perdure et, entre-temps, un second salon a vu le jour, géré par son mari. À 37 ans, Aurélie est toujours aussi folle amoureuse de son métier et ne voit pas le temps passer. « L’ouverture de mon premier salon, l’émotion que je vois dans les yeux de chaque mariée que je coiffe ou le sourire des clientes qui sortent de chez moi… Je ne peux choisir un souvenir plus qu’un autre tellement ils m’ont tous marquée. »

Partages
Partager avec nous votre avis ! 0