Ma vie d’apprentie : Quand il faut y aller, faut y aller !

Taille du texte: A A A

Bon, voilà ça y est… J’ai reçu ma convoc’ pour les exams… Je l’ai voulu, je l’ai eu !

Je ne me sens pas prête et je trouve que je ne me suis pas assez entraînée ! Car si j’ai bien appris quelque chose cette année, c’est qu’en coiffure, si tu ne t’entraînes pas, ça ne marche pas… C’est ce qui en fait un métier de passionnés ! C’est un métier artistique qui promet toutes les folies, mais si tu ne connais pas les bases (et bien…), ça ne marchera pas ! Les fondations sont essentielles pour pouvoir construire à l’infini. C’est Kevin Jacotot qui m’a donné ce conseil et je trouve cela tellement juste ! Donc, quand on débute, c’est entraînement, entraînement, entraînement, et ce n’est pas parce que ta frangine ou ta mère trouve que tu leur as fait une coupe géééniaaaaale ! que tu es géniale. C’est juste qu’elles t’aiment très fort !
Quand j’ai reçu ma convoc’, mon taux de stress a fait un bond de folie mais bon, plus le choix, il fallait y aller !
Quand vous lirez ces pages j’aurai passé la pratique, mais pour le moment je n’ai passé que l’oral de communication… La boule au ventre, mais je l’ai passé ! Et j’avais l’impression d’être un OVNI au milieu de tous ces jeunes qui avaient l’air de si bien maîtriser leur sujet ! Bon, c’est sûr que, avec l’expérience, j’arrive mieux à maîtriser mon stress sans perdre mes moyens, mais là aussi c’est de l’entraînement. Pour moi, c’est mon expérience professionnelle, et pour vous, ce sont tous les jours passés au salon que vous vous entraînez. !
Aujourd’hui se profile pour moi l’épreuve pratique avec coupe homme, couleur et coupe femme ! J’ai fait l’inventaire de tout mon matos, j’ai tout nettoyé, lavé mon tablier et ma cape, et maintenant je vais répéter, encore et encore les bons gestes et la bonne tenue. Car j’ai appris autre chose aussi : pour le CAP, on demande avant tout une bonne tenue, une bonne hygiène, un bon accueil et une bonne perception du client. Côté cheveux, on attend de l’étudiant les bases du métier avec les gestes simples et basiques qui vont bien. Rien ne sert de faire quelque chose de délirant… Simple et efficace, ça ira très bien.
Maintenant, je vais m’entraîner encore et encore parce que j’ai toujours un peu de mal à manier deux outils à la fois : séparateur et pinceau, brosse et sèche cheveux, peigne et ciseaux… Donc voilà le programme des prochains soirs : assouplissement des mains, des doigts et des poignets, et tête malléable sur la table du salon… Du bonheur partagé en famille !
Ce que j’ai appris aussi cette année, c’est que la coiffure, c’est en salon que ça se passe, mais aussi à l’extérieur, et que ce métier est un métier d’échange, de partage et de curiosité. C’est un métier qui permet de s’ouvrir sur le monde en offrant de multiples façons de l’aborder avec la possibilité de voyager, d’aider avec la coiffure solidaire, de faire de la scène, de former…
Vous avez choisi une voie qui doit aujourd’hui être royale et revalorisée à sa juste valeur et c’est vous qui devez le faire ! C’est à vous de faire rêver votre entourage et vos clientes. C’est à vous de prouver tous les jours que c’est un métier noble qui a de l’avenir et dont jamais on ne se passera… à moins de retourner à l’âge des cavernes !

 

 

Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0