Les derniers chiffres de la coiffure font froid dans le dos !

Fotolia
Fotolia
Taille du texte: A A A

Il fut un temps où les chiffres de la coiffure, comme la fréquentation, le ticket moyen, le nombre de salons par habitant, la dépense par service… étaient connus de tous car tous les magazines publiaient ceux de l’année, souvent récupérés via les marques de produits. Mais la crise est passée par là, comme les restrictions de budgets et puis personne ne les lisait vraiment… ou la peur de la panique peut être ! Toujours est-il que nous ne les voyons plus.

 

 

Je suis arrivé à les avoir et attention accrochez-vous !

34 % de nos clients déclarent maintenant ne venir plus que deux fois par an et 18% une fois ! C’est le chiffre qui progresse le plus actuellement. La conséquence première est que le prix des prestations, établi sur des bases de fréquentation hebdomadaire, a baissé, pensant attirer de nouvelles clientes, car l’époque n’est pas si loin où nous voyions nos clients chaque semaine. En fait, c’est allé très vite ! Il est maintenant évident que demain ce seront 50% des clients qui visiteront le salon bi-annuellement. Sur Paris, déjà, la moitié des clients admettent ne venir plus que deux fois par an. Les chiffres officiels ne tiennent même plus compte des clients qui viennent chaque semaine. Devenus trop peu nombreux, et ils ne sont plus que 1% à venir tous les quinze jours. Les clients se lavent les cheveux en moyenne tous les trois jours. Il y a vingt ans, c’était toutes les semaines et il y a trente ans tous les quinze jours… Faut-il faire les mêmes brushings ? Les prix de la prestation shampooing/coupe/brushing doivent augmenter, car 85% des salons pratiquent les mêmes prix (entre 35 et 40 euros) et peinent à remplir car 50% des salons en France ne travaillent sur des clients que 50% du temps… C’est lié au fait que les visites s’espacent de plus en plus et que trop de monde mange le même « gâteau ». Seuls 5% tirent leur épingle du jeu en facturant au-dessus de 45 euros et en proposant un service premium. Étant peu nombreux à le proposer, ils sont débordés.

 

Un contexte difficile

Le nombre de salons par habitant est toujours le même depuis cinquante ans : 1 pour 1 000 habitants, mais il y a cinquante ans les clients venaient tous les mois pour leur coupe. Aujourd’hui, avec l’espacement des visites, il faudra le double, voire le triple, de clients pour le même résultat. Le chiffre d’affaires revente est en chute alors que les achats beauté augmentent sur Internet. Un autre chiffre qui explose : les coiffeurs à domicile qui sont cinq fois plus nombreux en cinq ans. Ils sont 20 000 déclarés qui se sont ajoutés en concurrence des salons, mais leur chiffre individuel est en baisse car leur nombre ne cesse d’augmenter. Ils occupent aujourd’hui 20% du marché alors que les salons franchisés ne représentent que 8%. Ainsi, en termes de chiffre global, les coiffeurs à domicile représentent entre 5 et 8 % du marché alors que pour les salons sous franchise, c’est de 30 à 40%, le reste étant les salons indépendants.

 

Que retenir ?

Il faut très vite se positionner Premium avec un prix du forfait shampooing/coupe/brushing au-dessus de 45 euros. Changez et adaptez vos techniques de coupe et de coiffage pour satisfaire la demande, des coupes longue durée et des coiffages qui ne tiennent que trois jours (c’est une technique). La vente en salon devient de l’achat compulsif pour un client et le savoir-être du coiffeur sera la clé. Aujourd’hui, il faut changer sa façon de travailler pour s’adapter à la nouvelle demande et accepter de se remettre en question en se réinventant.

Ceux qui se forment anticipent mieux et peuvent prévoir le lendemain et celui qui prévoit dirige !

Partages
Partager avec nous votre avis ! 0