Le Web est un ogre

Taille du texte: A A A

Qui aurait prédit que le Web allait nous toucher, nous qui pensions être irremplaçables dans nos métiers manuels ? Et pourtant…

 

Le Web est un ogre qui grandit tous les jours de façon exponentielle et ce n’est pas près de s’arrêter…

Ainsi beaucoup de métiers et d’emplois vont disparaître par manque de réactivité, mais ceux qui se seront adaptés trouveront de nouvelles opportunités, et de nouveaux métiers vont voir le jour. Cependant, les dégâts se ressentent déjà car le monde du digital bouleverse les croyances d’hier au prix de nombreuses faillites, de salons qui ferment et souvent des vies entières remisent en cause. Le salon de coiffure traditionnel est devenu “has beenet c’est arrivé très vite.

 

La plus grosse révolution : la revente de produits.

Le coiffeur qui était auparavant le seul à vendre des produits capillaires a vu les supermarchés lui prendre une part de marché. Les pharmaciens s’y sont mis, les parfumeries puis les grossistes, mais le véritable ogre, c’est Internet !

Rapide et pratique, le shopping sur Internet est devenu la norme, mais qui peut battre un vendeur à domicile ouvert 24h/24, 7j/7 et qui livre n’importe où ? En tout cas pas un humain à 35h par semaine ni un salon ouvert 8h par jour ! Et voilà comment le robot remplace l’humain…

On a toujours cru que la vente devait comporter des émotions qu’une machine ne pourrait pas avoir. Pourtant les produits de beauté sont le 2e plus gros chiffre d’affaires sur Internet !

Je vis cette expérience quotidiennement dans mon salon laboratoire Didact Hair Building. Notre philosophie est dirigée clairement sur la vente, car c’est aujourd’hui plus rentable de vendre un produit qu’une coupe de cheveux. Vendre ne nous coûte rien de plus quand le client est là ! Donc, pour nous, un coiffeur est obligatoirement un vendeur. Les chiffres de vente par coiffeur sont affichés chaque jour dans la salle de repos. Mais aujourd’hui, nous avons un concurrent imbattable qui n’existait pas il y a seulement cinq ans ! Quand nous avons créé notre boutique en ligne en 2012, la vente Internet était marginale. Nous avons d’abord vu nos moins bons vendeurs se faire battre, puis nos meilleurs vendeurs, avant le salon tout entier… Aujourd’hui, le robot est notre vendeur numéro 1, tous les jours. Vous comprendrez donc que ne pas avoir un site marchand revient à vous tirer une balle dans le pied !

 

La deuxième grande révolution est l’accueil !

Au salon, nous avons 3 réceptionnistes, mais aussi un carnet de rendez-vous en ligne. En 2011, nous avions 2 rendez-vous par semaine par Internet. Aujourd’hui, c’est la moitié de nos clients et, dans deux ans, nous estimons que trois quarts des clients utiliseront notre solution e-booking. La raison ? Le salon est loué pour 24h, mais il n’est utilisé que 8h par jour alors que le robot est toujours ouvert…

Pareil pour l’administratif : tout pourra se faire en ligne, et ce n’est pas fini…

Mais heureusement, la machine ne pourra jamais nous remplacer pour un achat impulsif ! Quand un client veut quelque chose sur l’instant, là l’humain est imbattable et c’est vraiment la carte à jouer. Il faut juste réinventer la façon de vendre car un achat impulsif est la conséquence d’un client surpris positivement sur l’expérience que nous lui faisons vivre.

Je vous donne un exemple : pour savoir si le shampooing que vous venez d’acheter est de bonne qualité, renversez la bouteille… Si ce qui sort est liquide, vous venez d’acheter de l’eau ; si ce qui sort est épais, vous venez d’acheter des ingrédients.

Plus un shampooing est liquide, moins il est cher ! Vérifiez en grande surface si vous voulez, mais avant d’en faire la démonstration, assurez-vous de la qualité de vos produits !

 

Le Web est un ogre qui va tout manger, mais pas ceux qui se forment car ils font en moyenne de 10 à 20 % de plus en chiffres d’affaires que ceux qui ne le font pas. Le tout est de s’assurer que même dans toute formation, la notion de « savoir être coiffeur-vendeur » est intégrée. Il serait totalement “has been” de croire que la seule difficulté de notre métier est liée à la technique. Il y a aussi tout le reste.

 

Coiffeurs, soyez courageux ! Continuez de vous former pour comprendre demain et anticiper dès aujourd’hui, sinon au revoir… Ça va très vite !

Partages
Partager avec nous votre avis ! 0