La vente en salon

Taille du texte: A A A

La vente en salon, c’est l’éternel débat chez les coiffeurs : je ne suis pas vendeur de produits, je ne sais pas vendre, j’essaie, mais ça ne fonctionne pas…Conseiller ses clientes, ce n’est pas si facile, surtout quand on sait que moins de 5 femmes sur 100 achètent leurs produits chez nous ! Il y a un réel problème.

par Edouard Ruiz-Lahaye, créateur et administrateur du Club des coiffeurs sur Facebook

 

 

La vente en salon est plus qu’importante car c’est la continuité du travail que vous avez effectué en salon et que la cliente va entretenir chez elle grâce à vos produits et recommandations. Qui est la personne la plus à même de conseiller les produits spécifiques à sa cliente ? Le coiffeur ou le pharmacien ? Est ce que je vends du sirop moi ? Non ! Et bien voilà ! Vous êtes les meilleurs conseillers beauté ! Et surtout, il faut arrêter de penser que nos produits sont chers ! C’est un faux débat. Comme nous l’avons déjà dit à plusieurs reprises, ne vous mettez jamais à la place du porte-monnaie de votre cliente !

 

La revente et le suivi beauté, une façon de développer également son chiffre d’affaires

Ce n’est pas de la vente forcée, enlevez-vous tout cela de la tête. Les clientes adorent être conseillées et elles apprécient énormément qu’on leur fasse un bon diagnostic capillaire et les conseils qui vont avec, ce qu’elles n’auront pas en GMS [grandes et moyennes surfaces] ! Regardez les femmes dans les rayons beauté en grande surface et le temps qu’elles passent pour choisir un produit tout en hésitant pour finir par prendre un produit inadapté ! Et vu la quantité de produits capillaires divers et variés qu’elles achètent en grande surface, croyez-moi ce n’est pas une question d’argent ! Il vaut mieux leur vendre un bon produit à 40 ou 50 € plutôt qu’elles achètent 5 ou 6 produits de grande surface à 5 ou 8 € ! Pour réussir votre job de conseiller en beauté capillaire, il vous faut absolument connaître vos produits ! Vous ne pouvez pas vous permettre de lire la notice devant votre cliente. Et même, je dirais que vous devez les avoir testés pour mieux en parler, faire rêver et donner envie. Selon les statistiques, 9 femmes sur 10 achètent leur shampooing en GMS, alors commencez peut-être par les orienter vers un soin et vous leur proposerez le shampooing qui va avec la fois suivante.

 

Un argument pour vendre 

Les shampooings en GMS sont composés de 80 % d’eau et de 20 % de produits actifs, alors qu’en salon c’est le contraire : 80 % de produits actifs et 20 % d’eau (en moyenne). Le shampooing est plus liquide en supermarché, bouchon a un trou plus gros, on en met donc beaucoup plus… Quand on réfléchit, on sait bien qu’elles vont acheter 3 ou 4 shampooings en supermarché pour la valeur d’un shampooing acheté en salon ! Si on calcule bien, finalement nos produits sont plus économiques ! C’est le message à faire passer en priorité. Et puis si une cliente vient faire une technique chez vous, qu’elle paie entre 70 et 200 € et que vous la laissez partir sans lui conseiller les produits nécessaires pour le suivi beauté, ce n’est pas normal ! Pour finir, je dirais que ce n’est pas négligeable pour nos collaborateurs de percevoir en fin de mois un plus de 100 €, voire plus ! Sur l’année, c’est un 13e mois qui fait plaisir, et la revente sur un bilan peut représenter entre 10 et 20 % de votre CA, ce qui peut sauver une entreprise en difficulté.

 

Alors, en conclusion, bougez-vous et faites votre travail car le suivi beauté, c’est aussi votre job, et vos clientes vous diront « merci ».

Partages
Partager avec nous votre avis ! 0