Interview : grâce à Clim’Hair, elle aide les personnes atteintes de cancer

Taille du texte: A A A

Françoise Goubron a conçu un accessoire qui aide les personnes atteintes du cancer à mieux supporter leur perruque : Clim’Hair.

Touchée deux fois par la maladie, c’est dans son histoire que Françoise Goubron puise la volonté et la réflexion nécessaires à la création de Clim’Hair. Elle a en effet subi deux chimiothérapies et a rencontré de grosses difficultés pour supporter sa perruque.

Concrètement, Clim’Hair est un produit breveté qui prend la forme d’un accessoire thermorégulateur totalement insoupçonnable. Il garantit le confort absolu sous la perruque. C’est pourquoi le produit se présente comme la solution révolutionnaire pour les problèmes d’inconfort liés au port de perruque. Voici l’interview de sa créatrice.

Tout d’abord, comment se procurer Clim’Hair ?

Clim’Hair est disponible sur le site Internet. Je travaille aussi avec des coiffeurs affiliés à l’Institut national du cancer [Inca]. Enfin, toujours dans la volonté d’être au plus près des malades, je suis en contact avec des écoles de socio-coiffure.

Exercez-vous la profession de coiffeur ou un métier lié à la coiffure ?

Non, pas du tout. À vrai dire, c’est ma meilleure amie qui a su me convaincre de réaliser ce projet. Elle est aujourd’hui devenue mon associée.

Les désagréments liés au port de perruque sont méconnus… Pouvez-vous nous en parler davantage ?

Ces désagréments ont un impact supplémentaire sur la vie des malades. La maladie et les lourds traitements provoquent une hypersensibilité. À cette dernière viennent s’ajouter irritation permanente, chaud, froid, démangeaisons, irritations et transpiration, liés au port de la perruque.

Quand on prend connaissance de votre histoire, il y a un certain paradoxe étonnant. On constate que la maladie s’est révélée comme un moteur qui vous pousse aujourd’hui à agir pour venir en aide aux gens…

En effet, cela peut surprendre, mais je peux maintenant l’affirmer : je suis plus heureuse aujourd’hui après mes deux cancers. C’est là toute la notion de résilience, l’idée de rebondir plus haut après les épreuves. Je suis parvenue à réaliser mon rêve : aider les autres malades comme moi. C’est une histoire merveilleuse.

Parlez-nous de votre association…

J’ai effectivement créé une association humanitaire Mes cancers, mes cadeaux. Je me suis également attelée à la rédaction d’un livre. Là encore la finalité est d’aider les autres malades en leur apportant de l’espoir et leur faisant profiter de mon expérience. Les bénéfices sont reversés à des laboratoires, fondations ou toute autre société dévouée au cancer.

 

Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0