GALIFORNICATION S-1 – EP11 Où les coiffeurs se font-il coiffer ?

Taille du texte: A A A

Souvent, c’est dans leur propre salon, ou alors grâce à un confrère, qu’ils passent à la tondeuse. Mais pour en avoir discuté avec des clients, bah, notre coupe n’est pas forcément représentative de ce que l’on peut faire ou… proposer, ça peut même fait peur !

« mdr, il se permet de dire ça mais quand on voit sa coupe à lui, il ferait bien de se taire ! ». Avouez que vous y avez déjà pensé ! Bah, rase-toi la tête tous les deux jours avec les soins qui te permettent d’avoir un joli crâne et on en reparlera !

Mais, je suis un peu d’accord avec vous, et c’est justement pour ça que je me rattrape avec mon tracé de barbe. D’ailleurs, je vais souvent me faire raser, non pas pour juger mais avant tout parce que j’adore mon taf (et pas seulement l’appliquer). Mais aussi parce que ça me permet de regarder, d’observer, ce qui se fait ailleurs. Il y a des choses que j’aime et d’autres que je n’aime pas.

Mais dans les choses que je n’aime pas, ce que je me demande en premier, c’est : « est-ce que je les fais moi aussi ? » Et parfois, je me rends compte que oui, par force de production et de rentabilité.

Quand je les aime, bah je copie, comme tout le monde, enfin je copie… non, j’intègre et je retranscris ça dans mon propre protocole.

Et surtout ne rien dire, car l’adage est vrai : « il n’y a rien pire que de coiffer une coiffeuse » et dès que tu dis, que tu es coiffeur/se, tu vois le comportement changer.

Les mecs, allez-vous faire faire un rasage, une coupe, un soin… Les filles, un brush, une coupe, une couleur, et ne dites pas que vous êtes coiffeur/se. Laissez faire comme vous aimeriez que se comporte un client lambda, payez et sortez. C’est d’abord une belle expérience parce que vous vous verrez différemment. Autrement que quand vos collègues vous coiffent (parce qu’ils/elles ne font que ce que tu demandes et puis surtout parce qu’ils/elles te verront tous les jours avec ce qu’ils/elles t’ont fait et que tu vas leur reprocher tous les matins si ce n’est pas bon, et aussi parce qu’ils/elles n’ont pas envie de te faire un brush tous les jours si tu n’y arrives pas) !

Ou alors, ils/elles font exprès de te rater parce que tu ne fais plus de chiffre…

Et au final, tu ne changes pas… alors pourquoi ta clientèle le ferait ?

Alors, laisse-toi faire, tu seras peut-être raté, le résultat te plaira peut-être, ou peut-être pas… Mais si ça te plaît c’est bien (tu auras vu quelque chose de différent) et si ça ne te plaît pas, c’est bien aussi ! (tu sauras pourquoi !)

Parce que si tu as une couleur de perruche (blanc devant, rouge au milieu et noir dans la nuque), tu crois vraiment que ta cliente va te demander quelle couleur lui irait le mieux ? Franchement, nous devons être représentatifs de ce que nous proposons (pour moi, ça sera un brushing glamour) et pas seulement dans le visuel mais aussi dans l’attitude.

Par exemple : tu fais une coiffure souple, mais tes gestes et ton corps trahissent l’attitude de quelqu’un qui fait une crise d’épilepsie. Dans ce cas, tu ne vends pas ce que tu as annoncé !

Alors, allons nous faire coiffer ailleurs, tester, observer, ressentir… Nous en apprenons plus sur nous-mêmes et ressortons meilleurs, ou pas…

Partage
Partager avec nous votre avis ! 0