En Bretagne, le festival Red Love célèbre la beauté rousse

Taille du texte: A A A

Au Moyen Âge, les roux étaient brûlés sur le bucher, soupçonnés de sorcellerie… Et en 2018 encore, on entend dans les cours de récré que des carottes poussent dans les cheveux des petits rouquins. Pour mettre fin à cette discrimination et valoriser la « roussitude », le photographe Pascal Sacleux a organisé, le week-end dernier à Châteaugiron en Ille-et-Vilaine (Bretagne), le Red Love. Le premier festival de France qui sonne comme un Ginger Pride (« fierté rousse »), populaire en Australie, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et au Canada.

« Je nourris l’espoir que peut-être un jour les blagues sur les roux pourraient avoir un peu plus d’esprit et deviendront obsolètes, vieilles, espère le créateur de la Red Love, qui a exposé précisément 816 portraits de roux pour mettre en lumière la beauté rousse. Et que l’on passe à autre chose, que l’on s’aperçoive que c’est ringard, infondé, stupide.»

Ainsi, pas moins de 1 200 personnes, venues de France, d’Espagne, d’Italie et de Belgique, ont participé à ce premier opus. Au programme : des concerts (Sweet Gum Tree, The Nunk & 61 Crew, Eve-Anne Gaté, Panik, Lisa Melissa and the Mess la Soule et Ginger Spanking) ; un défilé de robes de mariés portées par 18 femmes rousses, dont la DJ Kaly Benks ; des stands coiffure et la vente d’accessoires et t-shirts humoristiques, « Rouquine, TA MERE » ou « Ginger is the new black ».

Le Red Love 2019 est en préparation … Nous nous y retrouverons certainement !

Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 1