Emploi, création, reprise de salon… La coiffure, quelle vitalité !

Taille du texte: A A A

Sur un marché dynamique et porteur, au faible taux de chômage, les opportunités professionnelles sont nombreuses et variées, notamment en matière de création ou de reprise de salon.

 

Les chiffres publiés par l’Unec en attestent. « Avec 85 492 établissements, la coiffure occupe le 2e rang des activités artisanales […]. La profession compte parmi les acteurs majeurs du commerce de proximité : près de 185 000 actifs, dont 114 456 salariés, 17 610 apprentis et 3 047 contrats de professionnalisation […]. »

Offre
Sur ce marché, la variété des offres est grande. Côté femme, la demande reste soutenue et ne cesse de se renouveler. Quant aux hommes, le marché connaît un essor évident. On pense bien sûr au service barbier, mais aujourd’hui, ils sont de plus en plus demandeurs de prestations en colorations, en coupes expertes et élaborées. Les professionnels démontrent chaque jour leur capacité à s’adapter et à répondre aux exigences du marché. De nombreux professionnels sautent le pas et proposent de nouveaux services dans leurs salons, voire en entreprise, à domicile, et même en véhicule aménagé…

Formations
CAP, BP, Brevet de maîtrise… De nombreux diplômes concourent à proposer différents niveaux de qualification, et des formations continues variées et sans cesse innovantes accompagnent les parcours professionnels… Bernard Stalter, président de l’Unec et président et de la chambre des métiers et de l’artisanat le clame : « 85 % à 90 % des élèves qui sortent de formation trouvent du travail. » Néanmoins, nous vous en parlions récemment, les chefs d’entreprise, eux, peinent à recruter car le chômage ne sévit pas vraiment dans la profession.

Transmission
Dans ce métier, « environ 50 % des salons n’ont aucun salarié. Et 20 % des patrons ont plus de 55 ans, ajoute Bernard Stalter. Ils vont devoir transmettre leur salon. » Ce constat montre bien que les opportunités de reprise d’affaires sont nombreuses à court et moyen termes.

Dans un marché dynamique, avec une demande forte et variée, BP en poche, il ne faut pas craindre de se lancer et d’ouvrir son propre salon. Qu’il s’agisse d’une création ou d’une reprise, sachez le modeler à votre image, vous l’approprier pour attirer la clientèle que vous souhaitez toucher… Bien sûr, la reprise d’un commerce existant vous permet de bénéficier d’un atout important : une clientèle déjà acquise. À vous ensuite de savoir la développer…

 

 

Catégories: S'informer
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0