Edito Biblond n°66 : J’y vais ou j’y vais pas ?

Taille du texte: A A A

La fin de l’année approche et pour vous cela veut dire des salons pleins, des journées de boulot à rallonge, des jours de fête à bosser… Bref, c’est la fin de l’année et c’est le coup de feu en salon ! Il faut être en forme car c’est le moment de donner le meilleur de vous-même à vos clientes et aussi l’occasion d’en séduire de nouvelles ! Le grand débat est de savoir s’il faut ouvrir et travailler les 24 et 31 décembre qui tombent… un dimanche ! Je vois sur les réseaux et j’entends à chacune de mes rencontres que la question du travail dominical fait question.

 

Avez-vous vraiment le choix ?

 

C’est un jour où vos clientes vont avoir besoin de vous et cela fait partie intégrante de votre activité ! La loi est très bien faite pour compenser un jour de travail le dimanche. Je vous invite d’ailleurs à vous référer à votre magazine Biblond 61 sur le travail le dimanche et les heures supplémentaires. De même, quand Biblond en tant qu’exposant fait travailler ses équipes le dimanche, des compensations légales sont prévues.

De votre côté, salarié, il me semble que c’est votre intérêt de répondre présent, d’autant plus que ce qui est « pénible » n’est pas de travailler un dimanche mais un jour de fête ! Ça, je vous l’accorde… Je l’ai fait moi-même pendant de nombreuses années et être fatigué quand tout le monde fait la fête est un peu rageant.

 

Donc, même si le travail dominical fait appel au volontariat de votre part, sachez que votre patron sera derrière son fauteuil et comptera sur vous. Cette journée de travail donne lieu à une journée de repos compensateur et à une prime exceptionnelle égale à 1/24 de votre salaire mensuel.

 

Donc, en un seul jour, vous fidélisez vos clientes, vous en trouvez de nouvelles, vous gagnez plus, et vous pourrez vous reposerez après !

 

Pourquoi hésiter ?

 

De mon côté, le mois de décembre est synonyme de retour sur les bancs de l’école car je reprends mon cartable (et une tête malléable) pour passer mon CAP coiffeur. Je vous vois travailler, je vous écoute parler de vos cursus, j’entends les réformes proposées par le gouvernement, j’entends les débats sur les métiers de la coiffure, mais beaucoup de vos avis divergent.

J’ai donc décidé d’aller voir moi-même ! Comment devient-on coiffeur ? Comment se passent les journées en salon ? Comment se déroule une formation ? Comment se déroulent les examens ? Qu’apprend-on ? Pourquoi ? Comment ?

 

Et encore une multitude de questions que je me pose… Je fais un magazine pour vous, alors je veux tout savoir de votre métier et de votre quotidien, tenter de comprendre encore mieux la passion qui vous anime, pour réussir à aborder les sujets qui vous concernent et vous seront vraiment utiles !

 

En décembre, à vous les journées de folie en salon, à moi les journées studieuses à apprendre…

J’y vais !

Bonnes fêtes à tous

Brigitte Dubus

Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 2